Formule 1 Raikkonen conserve la tête du championnat pour seulement deux points

SPIELBERG Passé très près (à 39 millièmes) samedi de sa première pole position, Kimi Raikkonen, légèrement handicapé par un souci d'échappement et auteur d'un mauvais envol, a parfaitement limité les dégâts hier en résistant avec bravoure au retour d'un Rubens Barrichello décidément trop tendre.

«J'étais quelque peu inquiet avant cette course car mes mécaniciens avaient découvert un problème au niveau d'une soupape d'échappement», avouait, sans émotion, le Finlandais.

«Mais finalement, grâce à leur réparation de fortune, cela ne m'a coûté que quelques chevaux. J'ai raté mon envol, Montoya me doublant avant le premier freinage. Je pouvais suivre sa Williams de pas trop loin et, grâce à la plus grande efficacité de nos Michelin, j'ai pris quelque peu mes distances par rapport à Barrichello lors de la petite averse.»

Un Brésilien qu' Iceman revit fondre dans ses rétroviseurs en fin de parcours après que Schumi l'eut facilement passé et laissé sur place.

«Je n'avais pas les armes pour battre la Ferrari de Michael «

«La bagarre des derniers tours fut excitante. Je tenais absolument à conserver cette deuxième place. Je me suis donc concentré et j'ai toujours gardé ma ligne.» Une belle résistance lui permettant de conserver seul la tête du Mondial pour deux petits points (40 à 38) face à Michael Schumacher. «Bien sûr, c'est toujours un peu décevant de ne pas gagner. Mais aujourd'hui, je n'avais pas vraiment les armes pour me battre face à la Ferrari de Michael. Ce sera différent, j'espère, avec notre nouvelle MP 4-18 dont j'ai hâte de découvrir le potentiel, ce mercredi, au Castellet. Mon objectif était de rester devant au championnat avant Monaco. Mission accomplie même si cela devient de plus en plus serré. » Bien remonté de la 14e à la 5e place après une nouvelle erreur lors des essais, son équipier David Coulthard ne permettait toutefois pas aux Flèches d'Argent de conserver la tête du championnat constructeurs face à une Scuderia redevenue dominante. Car sans mauvais tuyaux lors du premier ravitaillement, les chevaux de Maranello auraient certainement réalisé un doublé facile sur le champ de courses de Zeltweg.

© Les Sports 2003