Formule 1

Les casquettes SV2 devraient bientôt suivre.

Située derrière la tribune principale, la zone commerciale accueille les spectateurs (en majorité espagnols bien sûr, mais aussi pas mal de Néerlandais et de Flamands) en musique dès 8h du matin. Dès le petit déjeuner, des jeunes danseuses y répètent un spectaculaire show acrobatique.

Au pied de l’escalier, non loin de l’entrée principale, l’énorme effigie de Stoffel Vandoorne, sur plus de 3 mètres de hauteur, accueille le public. On retrouve également un grand portrait du numéro 2 au-dessus du « shop » McLaren pris d’assaut par les supporters… de Fernando Alonso. Malgré le manque de résultats depuis plus de deux ans, le double champion espagnol reste très populaire. « McLaren a produit une édition spéciale de la casquette de Fernando, avec les couleurs et le blason espagnol, elle se vend très bien depuis jeudi, » nous explique une hôtesse locale. Et encore plus depuis l’exploit signé par « Nano » samedi en qualifications.

La partie droite de la tente est réservée à la collection de 2016. On y retrouve encore des casquettes et t-shirts Jenson Button. « Oui on en vend encore, » confirme notre interlocutrice. Sans doute des fans préparant leur déplacement à Monaco où le Britannique effectuera une pige en remplacement d’Alonso…

A la gauche de la tente, la nouvelle collection. Les t-shirts Vandoorne N°2 sont exposés à côtés de ceux de son illustre équipier N°14. Là, ils sont à égalité : 50 euros le t-shirt, 35 pour la taille enfant. « Vous avez déjà vendu beaucoup de t-shirts de notre rookie, » demande-t-on à une vendeuse après s’être présenté comme media belge ? Après avoir interrogé sa collègue, elle nous lance : « Désolé, non encore aucun. Vous voulez en acheter un ? » Pas encore de casquette « SV » N°2 ou d’autres articles au nom ou initiales de notre représentant. « Non, elles ne sont pas encore arrivées, » explique la jeune fille. On espère que ce sera le cas pour le GP de Belgique. Et que là, les articles Vandoorne se vendront comme des petits pains. La popularité, c’est bien connu, vient avec l’exposition mais surtout aussi les résultats.

Débutant en F1, notre ambassadeur n’est pas encore une super star internationale comme par exemple Max Verstappen dont 200.000 euros de casquettes et t-shirts Toro Rosso ont été jetés à la poubelle l’an dernier après sa promotion subite et totalement inattendue chez Red Bull à l’occasion du GP d’Espagne. Heureusement, l’argent ainsi gaspillé a vite été récupéré…