Formule 1

Le quatrième titre de champion du monde des pilotes de Formule 1 conquis il y a deux semaines au Mexique par le Britannique Lewis Hamilton, a été (un peu) terni par l'affaire des "Paradise Papers", où le nom du pilote Mercedes a été cité. Il aurait en effet acquis un jet privé et une caravane de luxe sans payer la TVA grâce à un système certes ingénieux, mais frauduleux. Les acquisitions auraient été déclarées dans un paradis fiscal, en l'occurrence l'Île de Man.

"Je comprends que cela fasse beaucoup de bruit", a admis l'intéressé jeudi en conférence de presse à Sao Paulo, où se dispute le GP du Brésil ce week-end sur le circuit d'Interlagos. "Il y a une petite tempête autour de moi, et pas mal d'histoires qui circulent. Mais je fais confiance à mes conseillers professionnels. Je ne me sens donc absolument pas impliqué dans cette histoire à dormir debout, qui ne va sûrement pas m'empêcher de rester concentré sur l'essentiel, à savoir ma course. Je ne suis d'ailleurs ici que pour cela: bien courir et si possible gagner une 2e fois ce Grand Prix du Brésil. Le titre mondial m'a rempli d'énergie positive, et je ne vais pas manquer de l'utiliser. Il reste deux Grand Prix au programme, où je n'entends pas me laisser distraire de mes valeurs de base et de ce que j'ai à faire..."

Un communiqué du management du Britannique, soupçonné d'avoir illégalement échappé à une facture de plus de 3,45 millions d'euros sur l'achat de son jet privé, assure qu'il a déjà été en grande partie lavé de ces accusations.

Le dernier Grand Prix de la saison se disputera le 26 novembre à Abu Dhabi.