Formule 1

Le week-end de Stoffel Vandoorne a déjà mal commencé. Dès les premiers essais libres, notre compatriote a été victime d’un souci de... moteur bien sûr !

Pour gagner du temps, comme il ne pouvait pas directement identifier l’origine de cette énième panne, les mécaniciens ont changé l’ensemble du groupe propulseur. Et comme le Belge a déjà dépassé son quota de quatre MGU-H, il a encouru une pénalité de quinze places l’assurant déjà de s’élancer en fond de grille. Et cela sera comme cela désormais à chaque casse du Honda : "Dans notre position, être rétrogradé de cinq ou quinze places ne change pas grand chose," philosophait le pauvre "Stof", 17e puis 16e des essais libres à trois gros dixièmes de son équipier Fernando Alonso, mais surtout à trois secondes du meilleur temps. "Nos problèmes de fiabilité ne sont pas encore résolus."

Et la performance n’est toujours pas là. "Je me suis fait doubler par une Force India que je n’avais même pas vu arriver dans mes rétros. C’est incroyable !"

Mais il y a toujours du positif à retirer du négatif : "Je n’ai jamais autant peiné. Je ne suis pas habitué à devoir me battre en queue de peloton, mais on y apprend plus que devant. Je fais attention à des détails que je ne verrais pas si l’auto était compétitive. Je dois résoudre plein de problèmes. Cela forge le caractère."