Football

Après une forte hausse l'an passé, la fréquentation des stades de D1 est en baisse

BRUXELLES L'an passé, les spectateurs ne s'étaient jamais pressés aussi nombreux dans nos stades de Division 1. L'assistance officielle, sur l'ensemble du championnat, avait atteint le chiffre inédit de 3.406.218. C'était 300.000 de plus qu'un an auparavant, 600.000 de plus qu'en 2000-2001 et un million supplémentaire par rapport à 1998-1999.

Cette progression ne se confirme pas depuis le début de cette saison, puisque la baisse atteint plus de 4 % (438 spectateurs en moins par rencontre). Même si une partie de la chute de fréquentation peut s'expliquer par le jeu des promus/descendants (Tubize et Courtrai attirent chacun 1.000 spectateurs de moins que le Brussels et Saint-Trond), ça ne la justifie qu'en partie.

Outre les promus, cinq clubs seulement voient leur assistance gonfler. Le Standard, avec 421 spectateurs de plus en moyenne, est le club qui profite de la plus forte hausse, devant Dender (410), le Germinal Beerschot (277), Lokeren (236) et le Club Bruges (137).

Parmi les onze autres clubs, c'est Charleroi qui enregistre la plus forte baisse. Il perd encore 1.690 spectateurs (- 17 %) alors qu'il accusait déjà un déficit de plus de 12 % la saison dernière et de 7 % en 2005-2006. Depuis que le nouveau stade est construit, il n'y avait jamais eu si peu de monde au Mambourg alors que les assistances nous apparaissent souvent gonflées.

Il est déjà loin le temps où les Bayat pouvaient affirmer, notamment en fonction de l'assistance, que le Sporting de Charleroi figurait indiscutablement dans le Top 5.

La situation est d'ailleurs, dans son ensemble, peu reluisante pour les clubs hennuyers, puisque Mouscron et Mons sont également en baisse et se situent dans le dernier tiers du classement des assistances. Mons flirte même dangereusement avec la barre des 4.000 spectateurs.

On remarque aussi que le Cercle, qui avait profité de ses excellents résultats de l'an passé pour doper son assistance, subit une chute importante mais qui le laisse néanmoins bien au-dessus de sa moyenne d'il y a deux saisons.



© La Dernière Heure 2008