Football Bart Verhaeghe et Mehdi Bayat sont aux anges. Forcément

En sortant du vestiaire, Bart Verhaeghe a donné l’impression de sortir de sa douche. "J’ai remercié tout le monde. Ce qu’ils ont fait pour le football belge c’est historique ! Je ne sais pas aujourd’hui qui est Neymar mais je sais bien qui est Eden Hazard", s’est enflammé celui qui a longuement discuté avec Romelu en fin de match. "Je lui ai exprimé mon respect. Nos situations sont similaires. Nous sommes tous les deux partis de rien. C’est pour cela que je l’appelle Romelu et lui m’appelle Bart. Je lui ai dit qu’il était le meilleur attaquant au monde. Il aurait mérité de marquer. Cette génération mérite le respect."

D’habitude placide , le dirigeant a même embrassé Roberto Martinez. "Tactiquement, il a pris tout le monde à contre-pied avec un système très intelligent. Il mérite déjà un monument en Belgique."

Medhi Bayat, présent à ses côtés, ne dira pas le contraire : "C’est facile de dire maintenant qu’on a bien fait de prolonger Martinez mais nous, on savait que c’était un tout bon coach. On l’a prolongé pour se protéger. C’est un gentleman et je sais qu’il respectera sa parole pour la suite. On peut dire que le règne du travail a pris le pouvoir à la fédération car tout ce qui arrive n’est pas dû à la chance", a lancé le dirigeant qui a parlé "d’un groupe exceptionnel qui nous rend tous fiers", "du résultat de beaucoup de travail" et de cette récompense "de voir la Belgique en fête et uni".

Et Bayat de conclure : "Si quelqu’un comme Henry est venu, c’est qu’il y avait une raison."