Football

Cédric Berthelin (36 ans) envisage toutes les pistes possibles pour son avenir…

MONS Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Cette maxime est d’autant plus vraie quand on est gardien dans un noyau professionnel. Relégué sur le banc des réservistes depuis trois rencontres, Cédric Berthelin (36 ans) ne devrait plus beaucoup jouer cette saison vu la forme actuelle de son concurrent direct, Olivier Werner. Seule une blessure ou une suspension du Liégeois relancerait le Français. Voilà une situation qui n’arrange pas l’ancien gardien de Lens, en fin de contrat au Tondreau. Un bail qui ne devrait pas être prolongé vu l’immobilisme actuel des négociations.

“Pour le moment, je n’ai aucune nouvelle de la part de Mons et je ne vais pas pleurer dans les bureaux de la direction pour en avoir. Lors du stage en Espagne, on m’a demandé si je comptais poursuivre ma carrière de joueur et j’ai dit oui. Par respect, je voudrais qu’on soit clair avec moi. Je ne suis pas un fouteur de merde et j’ai trop de respect pour l’Albert pour créer des problèmes. Si on me dit qu’on ne veut plus de moi, je vais terminer la saison le plus sérieusement possible sans faire de vagues. Je me répète, je voudrais être fixé au plus vite. C’est naturel de se poser des questions. Je pense que la direction doute encore de la politique à adopter par rapport à ses gardiens pour la saison prochaine. Dupire est jeune et doit encore s’imposer, Saussez, aussi en fin de contrat, n’a jamais reçu sa chance en D1 et en ce qui me concerne, ils se posent des questions par rapport à mon envie et à ma motivation.”

Ces zones d’ombre poussent naturellement le gardien de l’Albert à scruter d’autres pistes pour son avenir.

“Pour le moment, je cherche des opportunités à gauche et à droite. Plus vite des options se dégageront, mieux ce sera pour moi. Comme joueur ou comme entraîneur ? Les deux ! Je suis à la recherche du challenge le plus intéressant possible. Je ne vais pas signer dans un club juste pour encaisser mon chèque à la fin de chaque mois. À mon âge, il y a d’autres priorités. En D1 ou en D2 ? Là encore, cela dépendra des opportunités et du projet. Arrêter ma carrière de joueur ne me pose aucun problème. J’étais déjà prêt à le faire il y a quelques mois quand Courtrai m’a proposé le poste d’entraîneur des gardiens de son équipe première.”

Et c’est pour mettre toutes les cartes de son côté que le keeper du matricule 44 poursuit les formations pour devenir coach. “La saison dernière, j’ai passé le brevet C et le Uefa B”, relate l’intéressé. “Depuis deux semaines, j’ai commencé les cours spécifiques pour obtenir le premier niveau du diplôme d’entraîneur des gardiens. Chaque mercredi ou jeudi soir, je suis les cours à Vedrin du côté de Namur. C’est plus intéressant que la formation de la saison dernière car c’est du spécifique gardien.”

Annoncé comme n°2 derrière Werner en début de saison, Cédric Berthelin ne s’attendait pas à jouer autant dans ce championnat 2012-13 : “J’ai connu des hauts et des bas. Comme pour les autres joueurs, Enzo Scifo aligne celui qu’il considère comme le plus en forme. Olivier a perdu sa place à un moment de la saison à cause de cela. Après notre couac contre Malines, ce fut mon tour.”



© La Dernière Heure 2013