Blanc: "Sincèrement, vous êtes bien gentils…"

Jo. L. Publié le - Mis à jour le

Football

Blanc a fini par être agacé par les questions concernant Nasri

DONETSK Samir Nasri n’a pas fait partie des membres de la délégation française qui ont fait un détour hier par la case conférence de presse.

Laurent Blanc l’avait souhaité, mais le chef de presse des Bleus , Philippe Tournon, s’y est opposé, jugeant le timing inopportun. Sans que cela n’empêche l’auteur de l’égalisation française face à l’Angleterre d’être l’acteur principal de cette pièce après son “ferme ta g...” adressée au quotidien français L’Équipe qui, dans son édition de samedi, dans un papier titré “c’est pour lundi ?” tentait de décrypter les raisons du faible rendement du joueur en sélection.

“Cela ne me déstabilise pas car je ne lis pas la presse, mais ma mère est souffrante et quand elle lit que son fils est bidon, c’est délicat” , avait déclaré Nasri pour sa défense après la rencontre dans des propos rapportés par RMC. “Le journal L’Équipe a été très méchant avec moi en parlant de pas mal de choses alors que le but, c’est de laisser l’équipe de France bien se préparer pour réaliser un bon Euro et ne pas tout remettre en question à chaque fois. C’était une réponse de ma part, peut-être qu’elle a été maladroite, voilà, je suis un homme et, de temps en temps, j’ai des réactions d’humeur.”

En trente minutes de conférence de presse hier, la question est revenue à trois reprises sur le tapis. Elle a d’abord fait sourire Laurent Blanc. “Je ne l’ai pas vu puisqu’il était au contrôle antidopage et qu’il est rentré très tard. J’aurai une discussion avec lui. Les réactions des joueurs, on ne peut pas tout maîtriser. S’il y a des problèmes entre deux personnes ou entre une personne et un journal, vous êtes des grands garçons, vous pouvez en discuter pour régler ces problèmes s’ils peuvent être réglés , a répondu le sélectionneur qui a ensuite laissé poindre son agacement.

“Ça, ça vous intéresse. Mais moi, cela ne m’intéresse pas. Je vous le dis, les réactions des joueurs sont personnelles. S’il y a des garçons qui ont des problèmes personnels avec certains médias ou avec des personnes présentes ici, vous êtes des grands garçons donc vous pouvez les régler. Si cela intéresse des gens, alors il faut le régler. Je vous signale qu’il n’y a pas si longtemps, un grand journal avait fait un édito titré par un ami “fermez-la”. Donc cela existe aussi chez vous.”

À la troisième question sur le sujet, Blanc a coupé court au débat. “Sincèrement, vous êtes bien gentils. Je suis là pour parler du match de l’Ukraine ou de l’Angleterre, j’ai dit ce que j’avais à dire, point. Samir Nasri est venu devant les médias, il a dit ce qu’il avait à dire. Si vous avez des questions à lui poser, vous en aurez l’occasion durant le tournoi. Prochaine question.” Une manière de siffler la fin du match et de passer à autre chose car les Bleus jouent une partie de leur avenir dès vendredi face à l’Ukraine. Avec Samir Nasri.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner