Football

Le président annonce la fin des contacts avec Dubaï. La réalité semble tout autre…

MOLENBEEK En quittant le stade Machtens mercredi soir après le succès capital du Brussels face à Saint-Nicolas, on s’est dit que les Molenbeekois pouvaient préparer tranquillement le derby bruxellois de dimanche contre le White Star. Qu’il y aurait moins de pression sur l’équipe et sur le club. Et puis tout s’est écroulé dès le lendemain suite à un article du journal Gazet van Antwerpen dans lequel Johan Vermeersch annonce, via son avocat, qu’il ne veut plus des investisseurs venus de Dubaï puisque selon lui, ils n’auraient pas tenu leurs promesses concernant certains paiements. L’annonce a surpris tout le monde et tous les supporters se demandent ce qu’il se passe dans leur club. Serait-ce une énième sortie médiatique dont seul leur président en est capable ? Est-il sérieux ? L’incompréhension est totale.

Après avoir recoupé nos sources, il semblerait que Johan Vermeersch n’était pas tout à fait dans son état normal lorsqu’il s’est exprimé. Nous avons alors contacté son avocat, Me Clerens qui a clarifié la situation. “Nous étions à la commission des licences mercredi soir. Elle nous a accordé une semaine supplémentaire pour trouver un arrangement avec nos partenaires faisant défaut” , précise l’avocat. Le nœud du problème proviendrait du non-paiement d’une somme promise par les investisseurs. “Les discussions viennent bien de ce non-paiement, mais les relations avec les investisseurs ne sont pas rompues. Nous en sommes au même stade que mardi ou mercredi avant la réunion. Les avocats des deux parties sont en contact et les discussions vont se poursuivre.”

Du côté des investisseurs, de ce que l’on en sait, il semblerait qu’eux aussi attendent un paiement de la part de Vermeersch comme cela aurait été convenu lorsqu’ils ont signé l’accord pour la reprise du club. Une fois que le président aura respecté ses engagements, les investisseurs apporteraient le reste de la somme, comme promis.

Toute cette histoire ne semble donc être qu’une énième (la dernière ?) sortie de Johan Vermeersch, tout ça au moment où le club se porte mieux sportivement.



© La Dernière Heure 2013