Football Le FC Brussels a manqué de respect envers l'Italien

FLORENCE Alberto Malusci: vous vous souvenez? Ce grand défenseur florentin fit les beaux jours de Mons en 2003-2004. En panne de défenseurs centraux au début de la saison dernière, le Brussels le fit signer pour deux ans. Et lors du premier tiers de la compétition, il fit parler son expérience aux côtés de Sammy Greven, à la grande satisfaction d'Emilio Ferrera. De plus, ce garçon terriblement sympathique avait gagné le respect de tous par son professionnalisme et ses valeurs humaines.

Ensuite, plusieurs blessures dont une sérieuse aux adducteurs (il se fit opérer au printemps dernier) sont venues lui pourrir la vie et ne lui permirent plus d'apporter à son club ce qu'on était en droit d'attendre d'un tel joueur. Mais le comportement de l'ancien défenseur de la Fiorentina et de l'Olympique Marseille resta exemplaire!

Pour tout remerciement, le Brussels ne respecta point ses engagements contractuels en évoquant pour motivation les blessures récurrentes du Toscan (ce qui n'était pas prévu dans le contrat...). Et cerise sur le gâteau, alors qu'il se présenta lundi pour reprendre les entraînements, la direction (le président), par la voix du directeur technique, Dimitri Mbuyu, lui fit savoir qu'il était sans aucune forme de procès versé dans le noyau B et qu'il devait donc reprendre les entraînements le 18 juillet sous la conduite du duo Wachel-Renotte.

«La santé va bien, merci beaucoup», répondait la voix chantante d'un Alberto Malusci retourné dans sa ville natale. «Je poursuis activement ma rééducation et, dans un mois, je serai totalement opérationnel. D'autant plus que je suis entouré des miens qui m'encouragent sans relâche.»

Par contre, on sent bien qu'Alberto a la dent dure quand on évoque le Brussels et sa situation actuel- le. «En fin de saison dernière, je me suis entretenu une première fois avec Dimitri Mbuyu dans le but de trouver une solution qui arrangeait toutes les parties. Mais la direction ne semble pas désirer trouver ce genre de solution. On m'accuse injustement de tous les maux de la terre alors que je n'ai absolument rien à me reprocher. J'ai toujours respecté tout le monde alors que l'inverse n'est plus vrai. Je suis un professionnel qui adore son métier et qui désire le pratiquer jusqu'au moment où mon corps dira stop. Et je répète ce que j'ai déjà dit: j'adore votre pays et Bruxelles en particulier. J'ai envie d'apporter au Brussels ce que je n'ai pu donner depuis des mois. Mais visiblement, on veut me virer sans la moindre reconnaissance alors que je suis encore protégé par un contrat d'une année. Comme prévu, je serai de retour le 18 juillet et je me présenterai à la reprise des entraînements de la réserve. Dans le même temps, avec l'aide d'un avocat, je compte bien faire valoir mes droits, même si je préfère plutôt régler les choses à l'amiable, entre gentlemen...»

Un respect qu'un grand monsieur comme Alberto Malusci mérite à nos yeux!

© Les Sports 2005