Football

Le penalty imaginaire ne l'est jamais, comme la faute de main volontaire

BRUXELLES Ce qui rend le football si populaire, c'est sa simplicité. Dans les règles, évidemment, ou la plus compliquée à comprendre est celle du hors-jeu. Rien d'insurmontable. Mais aussi dans le langage. Certaines expressions, pourtant, restent dénuées de sens ou d'intérêt.

L'égalité parfaite : elle l'est souvent. De cette expression a découlé une question devenue culte, lorsqu'un partage a sanctionné le match, d'un de nos confrères radio : "Le score inverse n'aurait-il pas été plus logique ?"

L'abstraction du contexte : pour bien montrer qu'il ne tient pas compte des critiques des médias, de l'enjeu du match, de son retour chahuté dans son ancien club, un joueur soulignera qu'il fera totalement abstraction du contexte. Généralement, en cas de succès et de but, il sera le premier à souligner que c'est un moment particulier pour lui, que son but est une réponse aux quolibets du public, etc.

Le match le plus important de la saison : c'est celui qui se reproduit généralement à cinq ou six reprises sur une saison.

Prendre les matches les uns après les autres : un classique dans les discours quand deux matches sont rapprochés dans le temps et que le second est beaucoup plus important. S'accompagne souvent de "sans se poser de questions". Ne nous en posons donc pas trop sur cette expression.

Je suis à X % de mes possibilités : ça ne représente rien et c'est pourtant une des questions le plus souvent posées à un joueur revenant de blessure.

Être motivé à 200 % : enjolivement compréhensible mais inutile de son envie.

Un nul qui n'arrange personne : qui l'échange contre une défaite ?

Une frappe sans conviction : religieuse ou politique ?

Avant le match : on a tout fait pour ne pas avoir de regret . Après le revers : on aurait dû faire ceci ou cela.

La faute de main involontaire : dans 99 % des cas, elle l'est. Peu font exprès de placer la main sur la trajectoire du ballon juste pour offrir un penalty.

Faire un non-match : n'équivaut pas à ne pas faire de match. Synonyme : la parodie de football.

Le penalty imaginaire : se termine souvent par un but réel. La faute, par contre, est parfois inexistante.

Écrire au tableau noir : le tableau moderne est blanc.



© La Dernière Heure 2008