Football

L'entrée du roi d'Espagne Juan Carlos et de la reine Sofia a été copieusement sifflée, de même que l'hymne national


VALENCE La télévision publique espagnole a présenté jeudi ses excuses pour ne pas avoir diffusé en direct mercredi soir l'hymne national espagnol, copieusement sifflé, lors de la finale de la Coupe d'Espagne entre le FC Barcelone et l'Athletic Bilbao.

"En raison d'une erreur humaine, l'hymne national n'a pas été diffusé en direct avant le début du match à Mestalla (le stade de Valence, est, ndlr) entre Barcelone et l'Athletic Bilbao", a déclaré RTVE, la société de l'audiovisuel public espagnol.

Elle a précisé sur son site internet qu'elle "présentait ses excuses" pour cette omission.

L'entrée du roi d'Espagne Juan Carlos et de la reine Sofia a été copieusement sifflée, de même que l'hymne national qui a immédiatement suivi, par des supporteurs des clubs de ces villes situées dans deux régions d'Espagne où les velléités nationalistes sont les plus fortes, la Catalogne (nord-est) pour Barcelone et le Pays Basque (nord) pour Bilbao.

La télévision a basculé sur l'ambiance à Bilbao et Barcelone pendant l'hymne, avant de finalement passer les images polémiques à la mi-temps. Ce couac télévisé a suscité des réactions indignées ou grinçantes dans la presse espagnole.

"Des milliers de personnes sifflent le roi et l'hymne, et TVE (la télévision publique qui retransmettait le match, ndlr) le dissimule", titrait jeudi matin le quotidien de droite El Mundo.

El Pais, premier quotidien généraliste payant d'Espagne (gauche), sans titrer sur l'incident, écrivait en "Une" que "l'arrivée du roi au stade Mestalla et l'hymne national ont été reçus par de longs sifflets que TVE a évité de retransmettre en direct".

Certains indépendantistes catalans sont familiers d'actions contre le roi, comme par exemple brûler publiquement des photos du monarque.

Les journaux publient également la photo d'une grande pancarte qui a été déployée dans le stade, signée par des organisations indépendantistes catalanes.
On pouvait y lire, en anglais "Nous sommes les nations de l'Europe, au revoir l'Espagne", au-dessus de photos du chef du gouvernement socialiste espagnol José Luis Rodriguez Zapatero et du leader de l'opposition de droite Mariano Rajoy.

Elle a été retirée par la police avant le début du match, remporté 4-1 par le FC Barcelone.

© La Dernière Heure 2009