Football

Une fondation allemande a eu l'idée d'opposer les pays participants à la Coupe du monde sur base de critères liés aux droits humains.

Élections, liberté d'expression, protection des droits civiques, intégration sociale et lutte contre la corruption. Tels sont les cinq critères retenus par la fondation allemande Bertelsmann pour mettre en place une Coupe du monde alternative, alors que le Mondial commence en Russie ce jeudi.

Le principe est simple : les deux équipes qui se rencontrent sont évaluées séparément en fonction de ces cinq critères et l'équipe qui obtient le meilleur score marque un goal. Le score maximum possible est donc de 5-0. Premiers candidats à passer sur le grill : la Russie et l'Arabie saoudite.

Zappons tout de suite les nonante minutes de match pour en arriver au résultat final : les Russes l'emportent 4-1. Faut-il en conclure que les hôtes du tournoi sont des modèles en matière de droits humains ? Que nenni, bien au contraire !

En effet, la fondation Bertelsmann propose de noter chaque critère de 1 à 5, 5 étant la note maximum, qui récompense les bons élèves dans chaque catégorie. Or, la Russie ne dépasse pas la note de 3, en matière d'intégration sociale. Quant à l'Arabie saoudite, elle peine à atteindre un 2, en intégration sociale également, mais aussi en matière de lutte contre la corruption, la seul où elle dépasse d'ailleurs la Russie, qui n'obtient qu'un très faible 1. Autant dire que le niveau n'est pas brillant !

© Bertelsmann Stiftung

Alors quel est l'intérêt de ce genre de match alternatif ? Tout simplement de rappeler qu'à côté du football, chaque pays a son lot de casseroles en matière démocratique et que le Mondial russe est une occasion de les mettre en lumière.

Que doit-on en effet penser de l'état de la démocratie, dans un pays où 90 % des médias de masse sont sous contrôle de l’État (Russie) ? Ou d'un autre qui pratique encore la flagellation et la peine de mort en public (Arabie saoudite) ? Bien que les esprits soient à la fête, la Coupe du monde ne doit pas faire oublier les autres problématiques qui peuvent toucher les participants.

En attendant de voir le score qu'obtiendra la Belgique selon les critères de la Fondation Bertelsmann, Russes et Saoudiens s'affrontent sur le pré à 17h. Et sportivement, on pourrait bien retrouver le même score qu'au niveau démocratique.