Football Thibaut Courtois ne cache pas ses ambitions, Roberto Martinez rêve avec ses joueurs.

Retour au 16 juin 2014. La salle de presse de l’Estadio Mineirao Belo Horizonte est à moitié remplie pour la dernière conférence de presse de Marc Wilmots avant le début du Mondial. Wilmots refuse le rôle de favori. "Faire rêver la nation ? On a déjà fait rêver la Belgique en se qualifiant pour le Mondial , après douze ans d’absence."

17 juin 2018. Il reste à peine une chaise de libre dans le stade Fitch de Sotchi pour la dernière conférence de presse de la Belgique avant le début du tournoi. La presse internationale considère clairement nos Diables Rouges comme un candidat au titre.

Thibaut Courtois ne fait pas beaucoup d’efforts pour contredire les journalistes. "Je ne dirais peut-être pas qu’on est le grand, grand favori. Mais on est un outsider pour gagner le titre. On doit y croire. Je ne dis pas qu’on va gagner, mais on a les qualités, les joueurs, le talent, et on se connaît bien. La plupart des joueurs est au sommet de sa forme dans sa carrière. Et on est en pleine confiance."

Cette confiance , Dries Mertens en avait parlé la veille. "En comparaison avec le Mondial 2014, je sens que l’équipe est beaucoup plus calme. Avant l’Algérie, certains joueurs étaient tellement nerveux qu’ils ne savaient pas quoi faire."

Courtois confirme : "Tout le monde a plus d’expérience. Quand on voit où nos joueurs évoluent et ce qu’on a vécu. Nous sommes prêts. Et on a un plan très clair. On sait comment on doit attaquer et comment on doit défendre. Ce n’était pas toujours le cas dans le passé. On est mieux armé."

Sans citer son nom, Courtois a lancé une pique à Marc Wilmots, qui - on le sait - est tout sauf son ami. Mertens avait fait la même chose, la veille. "Maintenant, une ou deux compositions sont possibles, avait-il dit. Dans le passé, onze ou douze équipes étaient imaginables."

En d’autres mots : Martinez ne change pas son onze de base; cela rassure les titulaires. Hier, le coach du Panama a même annoncé son équipe, comme l’Argentin Sampaoli l’avait fait. Martinez a souri quand un journaliste lui a demandé s’il ne dévoilait pas son onze. "Je voudrais bien, mais le souci est que je ne l’ai pas encore donné à mes joueurs. Ce serait un choc pour eux de découvrir sur les réseaux sociaux s’ils jouent ou pas. Mais pour l’équipe, je ne pense pas qu’il y aura beaucoup de différences…"

Martinez était très décontracté à son dernier point de presse. "Je veux voir les joueurs s’amuser : quand ils le font, ils peuvent tout réussir sur un terrain. Je vois l’excitation dans leurs yeux. Je vois des jeunes comme Boyata et Dendoncker qui rêvent. L’ambiance dans le groupe ne pourrait pas être meilleure. Cette équipe se connaît depuis les Jeux de Pékin 2008. Elle forme une famille."

Le dernier mot fut pour Courtois, qui ne parvenait pas à cacher ses ambitions. Ou que penser de ces deux réponses ?

Quand est-ce que votre Mondial sera réussi ?

"Quand on aura gagné le Mondial ."

Sotchi est une ville balnéaire. N’avez-vous pas envie d’aller à la plage ?

"Non, les vacances, c’est pour après avoir remporté le titre de champion du monde…"

Pouvait-il être encore plus clair ?