Football

Mondial 2018/2022

Une rencontre avec les autorités bruxelloises est prévue le 26 février

BRUXELLES Alain Courtois, le coordinateur belge du dossier de candidature belgo-néerlandaise pour l'organisation de la Coupe du Monde 2018 (ou 2022), a réclamé hier la décision de plusieurs villes belges sur leur intention d'accueillir des matches lors de cette compétition.

"La Ville de Charleroi possède toujours trois options, les édiles carolos doivent me confirmer par courrier leur intention. Pour Bru-xelles, c'est l'Arlésienne, on commence à en avoir assez. Il reste deux options, il faut trancher" , a-t-il déclaré.

Alain Courtois rencontrera les autorités bruxelloises le 26 février. Il promet "quelques petites surprises".

"Je ne veux pas mettre de pression, mais fixer des délais. Nous réclamons des engagements" , a déclaré le sénateur MR, qui dit par ailleurs attendre cette semaine une annonce concernant le stade du Standard (pour lequel l'option de Coronmeuse est privilégiée).

Pour Bruges , le dossier est dans les mains du gouvernement flamand. "On attend, mais vu la proximité des élections régionales, une décision devrait logiquement tomber avant juin" , estime Alain Courtois. Actuellement, seul Genk est "par- faitement en ordre" , alors qu'Anvers a déjà localisé le site de Petroleum Zuid pour son nouveau stade. Enfin, la ville de Gand reste en réserve.

Le dossier de candidature commune belgo-néerlandais doit être rentré à la Fifa pour juin 2010. Malgré les incertitudes, "les stades constituent le seul volet dont je suis sûr qu'il sera prêt" , a assuré Alain Courtois.

Le siège de la fondation qui défendra la candidature commune - et dont le nom doit encore être défini - s'établira sous peu à Eindhoven. "Une fondation néerlandaise est plus avantageuse fiscalement. On avait demandé un effort au gouvernement belge, mais les Pays-Bas restaient plus avantageux" , a indiqué le sénateur MR.



© La Dernière Heure 2009