Football

Coïncidence : pour ses débuts en rouche , le gardien retrouve le club où il a été formé cinq ans

BOIS ST-JEAN Le titre acquis, certains Standardmen peu ou pas utilisés cette saison vont avoir l'occasion de se montrer lors des trois derniers matches de championnat.

Ce sera le cas de Jérémy De Vriendt. Parfois pressenti au coup d'envoi durant la période creuse traversée par Andres Espinoza, le gardien de 22 ans n'a jamais joué en match officiel. Il a dû se contenter de matches amicaux. Notamment celui contre la Juventus, la saison passée, et celui contre les Diables Rouges, en février dernier.

Demain, à Charleroi, il jouera donc son premier match officiel pour le compte du Standard.

"Cela fait quatre ans que j'attends ce moment" , commente Jérémy De Vriendt. "Dans ma situation, je devais attendre que le n°1 soit exclu ou qu'il se blesse... Je reçois ma chance parce que le titre est acquis mais cela m'est égal : cela reste un match à enjeu puisqu'on veut préserver notre brevet d'invincibilité. Et Charleroi nous attend : Frank (Defays) a dit qu'il ne se préparait que pour ce match. Ce qui est sympa, c'est que je jouerai mon premier match contre mon ancien club..."

Le gardien carolo a passé cinq ans chez les Zèbres avant de débarquer au Standard.

"Je connais bien Frank (Defays) et Sébastien Van Aerschot, notamment. Je n'ai jamais foulé la pelouse du Mambourg. Ce sera aussi une première. Je ne sais pas quel accueil le public me réservera. S'ils me sifflent, au moins cela mettra de l'ambiance (sourire). Mais je ne pense pas que je serai sifflé. Dufer non plus. Je sais qu'il y aura beaucoup de supporters du Standard. Ma famille sera dans la tribune. Notamment mon oncle, Patrick Catrain, qui est mon premier supporter. Il vient voir tous mes matches. Il a fait beaucoup pour moi. Sans lui, je n'en serais pas là aujourd'hui."

Saut en parachute ?

Pour sa première entre les perches rouches , Jérémy De Vriendt va croiser la route du meilleur buteur de la Jupiler League , Joseph Akpala (16 buts). "Il est le meilleur maintenant mais ce sera peut-être un autre en fin de saison. Jovanovic ou Mbokani ? Peut-être. Moi, je suis là pour ne pas encaisser. Suis-je prêt à sauter dans la Meuse si je tiens le 0 ? Non, tout de même. Un saut à l'élastique ou en parachute, passe encore. Mais pas sauter dans la Meuse."

Michel Preud'homme a souligné qu'il donnerait du temps de jeu à certains joueurs en match officiel pour avoir des indications supplémentaires pour la saison prochaine.

"Je ne me mets pas une pression inutile sur les épaules. Je vais prendre du plaisir et savourer ce premier match, de la première à la dernière minute. Partir sans jouer aurait été un échec. Maintenant, après la saison, j'analyserai les différentes possibilités concernant la saison prochaine."



© La Dernière Heure 2008