Football

9.208 € brut par saison : voilà le salaire minimum imposé par la Pro League

BRUXELLES Bien loin des montants astronomiques touchés par les stars de notre championnat, de nombreux footballeurs doivent se contenter de vivoter malgré leur statut de joueur de D1.

La Pro League a établi un règlement afin d’assurer un salaire minimum aux joueurs. Ainsi, pour la saison 2013-2014, un club sera obligé d’offrir un montant minimum de 9.208 € brut par an pour un joueur à temps partiel (plus souvent appelé contrat semi-pro). Ce sont souvent les jeunes ou les joueurs de D2 et D3 qui sont soumis à ce traitement. Pour un contrat pro, un club est obligé d’offrir au moins 18.416 € brut par an au joueur. Ce qui fait que certains éléments de D1 ne gagnent pas beaucoup plus de 1.500€ brut par mois. Bien sûr, il faut évidemment ajouter à ce montant fixe les primes de match qui font généralement monter le chèque de fin du mois.

Dans la majorité des clubs moyens de D1, les primes se monnaient entre 500 et 700 € le point. Une somme divisée en deux pour les réservistes.

Les joueurs hors CEE (plus souvent appelés extra-communautaires) sont mieux lotis. La Pro League exige en effet qu’ils soient rémunérés à hauteur de 73.660 € brut par an. Une manœuvre qui a pour objectif avoué d’éviter l’invasion de ces footballeurs dans notre compétition.

Ces chiffres sont stables depuis quelques saisons et sont simplement adaptés d’année en année suivant l’indexation. Les clubs sont contrôlés deux fois par an par la commission des licences. Pour obtenir le précieux sésame, ils doivent prouver que tous les garçons de leur noyau ont bien touché ces montants minimums.

Dernière disposition légale : un club qui prévoit une option sur le contrat d’un joueur est obligé de revaloriser son salaire de 20 % s’il lève cette option.

© La Dernière Heure 2013