Football

C’est aidé par des béquilles ("Je me suis tordu le pied gauche en fin de match") que Sébastien Dewaest a quitté le Mambourg après avoir fait très mal à son ancienne équipe en permettant à Genk de recoller au score en début de seconde mi-temps.

"Ce n’est pas le premier but que je marque contre Charleroi, expliquait tout sourire le défenseur central du Racing. Cela fait toujours plaisir. Cela me fait plus plaisir de marquer pour mon équipe que de marquer car c’est face à mon ancienne équipe."

Hué dès les premières minutes du match par ses anciens supporters, Sébastien Dewaest ne voulait pas jeter de l’huile sur le feu malgré son but et le succès de son équipe.

"Les huées ? Je prends cela comme une motivation. Ma première année à Genk quand j’ai marqué contre Charleroi, je n’ai pas fait de célébration et j’ai été critiqué.. Donc maintenant je célèbre mes buts car je me sens bien à Genk. Et je suis allé devant mes supporters car ils ont joué leur rôle, ce soir, en se déplaçant en masse à Charleroi. C’est aussi grâce à eux si on est revenu dans le match car ils ont mis une belle ambiance."

Dans une rencontre où Genk n’a jamais paniqué malgré l’ouverture du score de Charleroi en première mi-temps.

"Charleroi a eu une occasion en première mi-temps car on l’a donné. Et Nicolas Penneteau a sorti quelques tentatives. Dans le jeu, on avait la possession du ballon mais on n’était pas assez tueur dans la dernière passe. À la mi-temps, on est resté calme car cette saison on a déjà réussi de belles remontées comme à l’Antwerp où on perdait 2-0 avant de gagner 2-4. À partir du moment où j’ai fait le 1-1, les joueurs de Charleroi ont dû se dire que cela allait être difficile."