Diables Rouges

Axel Witsel a aimé évoluer en tant que meneur de jeu

VIENNE L’homme du match, Axel Witsel, était le plus entouré après le succès important d’hier. Le médian a accueilli les éloges avec beaucoup de calme et d’humilité. Et dire que les jours précédant le match, le Standardman n’était même pas certain d’être titulaire…

Axel, félicitations. Pour la victoire et pour votre prestation…

“Merci, mais peu importe mon match : ce qui comptait, c’est cette victoire, qui nous fait énormément de bien. On a tiré les leçons de nos erreurs du passé pour former un bloc compact et bien organisé. Nous avons laissé très peu d’espaces aux Autrichiens.”

Et vous avez marqué deux buts à des moments idéaux.

“C’est vrai. Sur le premier but, Steven met un bon ballon au premier poteau et je dis à Ogunjimi de me le laisser, car je savais que je n’étais pas hors-jeu. Je vois que le gardien hésite un peu à sortir et je décide d’aller dans le duel à 100 %. Et ça a fonctionné… À l’aller, Marouane (Fellaini) avait presque marqué le même but. Sur le second but, Laulau (Ciman) me met un très bon ballon. Après mon contrôle, je ne me suis pas posé de question et j’ai frappé.”

Grâce à vous, on n’a presque pas ressenti l’absence de Fellaini.

“C’est la force de notre groupe : quand un joueur manque à l’appel, on parvient à le remplacer avec d’autres qualités. C’est ce qui se passera mardi sans Kompany.”

Vous vous être montré très à l’aise dans cette position de numéro dix.

“J’aime beaucoup cette place. Elle me permet d’être assez libre, d’aller à gauche et à droite du terrain et de m’infiltrer, tout en revenant bien en position en perte de balle.”

Est-ce votre meilleur match en équipe nationale ?

“C’est en tout cas l’un de mes meilleurs. Mais je n’étais pas seul sur le terrain. On a gagné parce qu’on a été soudé. Ce n’est qu’un pas, mais c’est tout bon pour la suite.”



© La Dernière Heure 2011