Diables Rouges

Christian Benteke rendait un hommage appuyé à son pourvoyeur zélé

Christian Benteke a accueilli cette victoire collective et les éloges qui ont afflué vers lui avec le discernement et la pondération qu’il avait affichés tout au long de la rencontre : “La réussite, indéniable, dont j’ai bénéficié ce soir m’avait boudé contre la Croatie. Il y a un mois, j’estime que j’avais livré une aussi bonne prestation que ce soir à Belgrade mais la chance m’avait tourné le dos dans les phases de finition.”

Christian Benteke n’est pas un attaquant de pointe égoïste. Il tenait à rendre un hommage appuyé à Kevin De Bruyne, son pourvoyeur zélé et, sans doute, préféré : “Le but que j’ai inscrit pour ouvrir le score est la répétition parfaite de celui que j’avais marqué contre le Club Bruges dans le championnat de Belgique la saison dernière. Je pressentais donc que le super centre de Kevin allait fuser au second montant. Même en sachant cela, ne croyez pas qu’il était facile de le négocier avantageusement : les centres de De Bruyne sont de véritables bombes. Avec la pluie qui tombait en abondance, le ballon était, en plus, extrêmement glissant.”

Christian Benteke insista : “Les assists constituent vraiment la spécialité majeure de Kevin De Bruyne. Je pense que la saison dernière, à Genk, il m’en a délivré cinq. Je note qu’il a également distillé un caviar à Mertens. Ce n’est donc pas un hasard s’il réussit aussi bien dans toutes ses tentatives.”

Le nouvel attaquant de pointe d’Aston Villa avoua : “Ce but d’ouverture s’inscrit actuellement le plus important de ma carrière. Celle-ci est toute jeune encore. J’espère donc qu’il sera suivi de beaucoup d’autres tout aussi déterminants pour l’équipe dont je défendrai les couleurs. Je vous jure pourtant que ce n’était pas évident contre ces défenseurs serbes. Mon avantage est que je rencontre toutes les semaines des joueurs de cet acabit en Premier League.”

Le Diable Rouge prévient : “On n’a accompli que la moitié du boulot. On peut savourer ce succès mais en se persuadant qu’on n’est pas encore au Brésil. Nous devons absolument poursuivre sur notre lancée et battre l’Écosse ce mardi. La confiance dans le groupe est énorme. Nous avons des arguments pour rester premiers mais… ne planons pas.”



© La Dernière Heure 2012