Diables Rouges Les Diables Rouges se remettent de l’exploit qu’ils ont réalisé face au Brésil. Au lendemain de leur exploit, ils sont revenus sur le match le plus inoubliable de leur vie. Et ils se sont déjà tournés vers le prochain rendez-vous, contre la France.

Jan Vertonghen : "Je ne sais pas ce qu'on aurait fait en prolongations"

© Belga

"Visiblement, c’était la folie en Belgique, si j’ai bien compris. Je n’ai pas trop consulté mon GSM après le match. Je suis surtout soulagé d’avoir atteint quelque chose avec cette équipe belge. On a une génération unique, mais une nouvelle élimination en quarts nous aurait procuré un goût de trop peu. On a tout donné contre le Brésil. Notre première mi-temps était assez bonne. En seconde, on a tout simplement essayé de survivre en nous battant pour chaque ballon. Personnellement, j’étais cuit. J’étais mort, mort, mort. Surtout après les un contre un face à Douglas Costa en seconde mi-temps. Je ne sais pas ce qu’on aurait fait en cas de prolongations. Le coach avait fait ses changements en fonction des 90 minutes. La France ? Je n’ai pas beaucoup vu de matches à la télé, mais j’ai vu la France contre l’Argentine, avec un très bon Mbappé. C’est une très bonne équipe, qui est comparable à la nôtre. J’ai vu qu’ils ont marqué sur phase arrêtée contre l’Uruguay. Ils ont de la qualité individuelle et des buteurs. Ils sont plus complets et mieux organisés que le Brésil. Lé Brésil compte sur ses coups d’éclat individuels. Non, nous ne devenons pas les favoris à la victoire finale. La France est d’ailleurs favorite contre nous. Mais on fera encore parler de nous."

Romelu Lukaku : "Déçu sur le coup, mais Eden était top"

© Belga

"On réalise notre rêve d’enfants en jouant la demi-finale. Mais je ne suis pas d’accord avec Kompany qui dit que ce match contre le Brésil était une finale. On a encore des matches plus importants dans les jours à venir. Dont celui contre la France. Ce que le coach m’a dit ? Qu’il reste deux matches… On devra encore être meilleurs contre la France. Mon remplacement ? Oui, c’est correct : sur le coup, j’étais déçu de quitter le terrain. C’est normal, non ? Je voulais aider l’équipe jusqu’à la fin. Je pensais vraiment qu’ils avaient besoin de moi jusqu’au bout pour garder le ballon. Mais Eden a bien repris mon rôle jusqu’à la fin. Je suis très content. De toute façon, je ne suis pas ici pour parler de moi comme individu. Les gens savent ce que je sais faire : marquer des buts et donner des assists ."

Thomas Meunier : "Une vague rouge comme à Lille"

© AFP

"On peut se féliciter d’avoir réalisé un tel exploit. Mon duel face à Neymar ? C’était du 50-50. On se connaît bien, grâce au PSG. Cela fait un an qu’on joue ensemble. Cela reste un joueur exceptionnel, mais j’étais persuadé d’avoir mes chances. Surtout avec l’aide de Marouane et Toby. Je suis très triste de louper la France à cause de ma suspension. Mais je suis quelqu’un de positif. Je suis convaincu de monter sur le terrain pour la finale. Henry ? Il se fera un plaisir de consoler ses amis français en cas de victoire de la Belgique. Ce sera un drôle de match pour lui, vu qu’il travaille pour son pays d’adoption. Il a changé de nationalité. J’espère que Brussels Airlines organisera des vols, parce que j’ai entendu que c’était catastrophique pour le match à Kazan. Ce serait dingue de voir une vague rouge comme contre le pays de Galles à Lille."

Thibaut Courtois : "Je me sentais supérieur"

© REPORTERS

"Tout au long du match, j’avais l’impression d’être supérieur. Je savais que je n’encaisserais plus après ce coup de tête imparable de Renato Augusto. Je sentais que cette fois-ci, la réussite était de mon côté. Cette dernière parade, sur ce tir brossé de Neymar ? J’avais bien prévu le coup. J’avais vu que Neymar décrochait. Je n’avais pas la vue masquée et j’avais bien pu évaluer la trajectoire du ballon. J’étais bien sur mes appuis. J’étais un mètre ou un mètre et demi devant ma ligne. Je crois que le ballon serait retombé juste en-dessous de ma latte. Ma détente était nécessaire. Beaucoup de gens m’avaient dit : ‘Si toi, tu fais un top match, on gagne.’ Je suis content d’avoir rendu heureux beaucoup de personnes. Directement après le match, on ne se rendait pas encore compte de ce qui se passait en Belgique. Ce n’est que par après qu’on a vu des vidéos. J’ai juste vu les messages de mes amis, qui étaient émus. Le trophée individuel de meilleur gardien ne me préoccupe toujours pas. Je veux que l’équipe se qualifie pour la finale et ensuite gagne la finale. Si tout le monde est au mieux de sa forme, les prix individuels vont suivre.

La France ? Elle sera mieux organisée et elle va miser sur la contre-attaque. On devra faire attention. Mbappé ? D’accord, mais ils ont aussi Griezmann. En plus, Giroud est fort de la tête et est un bon pivot. Ils ont un bon entrejeu avec Pogba et Kanté. À l’entraîneur de trouver des solutions. Contre le Brésil, sa tactique était top ."

Kevin de Bruyne : "Pas (encore) aussi beau que les titres en club"

© Belga

"Le plus beau moment de ma carrière ? J’ai vu sur des vidéos que mes amis m’ont envoyées que le pays fait la fête. On est fiers de réunir le pays. Mais pour moi, ce n’est pas encore le plus beau moment de ma carrière, vu qu’on n’a encore rien gagné. Donc, les titres avec mes clubs sont plus beaux. Il nous reste deux matches pour prendre le premier prix. Ce match contre le Brésil était un fameux test pour nous. La tactique était parfaite. En fait, les huit joueurs à vocation défensive ont permis aux trois attaquants de faire la différence. Mon but ? J’avais vu un petit trou et j’ai décidé de frapper. Non, je n’étais pas sûr de marquer. Mais j’ai bien touché le ballon et une demi-seconde après mon tir, le ballon était au fond des filets."

Eden Hazard : "Attention : quand Kanté joue, ça gagne..."

© AFP

"On a quasiment fait le match parfait contre le Brésil. Défensivement, on était costauds, on a marqué tôt, On a un peu souffert sur la fin, mais c’est normal contre une équipe pareille. La victoire était méritée. On s’est dit dans le vestiaire qu’on a marqué l’histoire. Il y a un peu d’euphorie, c’est normal. Mais ce n’est pas fini. On reste sur deux gros matches dans lesquels on a montré notre mentalité. On a envie de surfer sur la vague. La France ne m’avait pas trop impressionnée en phase de poules. Mais depuis les huitièmes, c’est la meilleure équipe, avec le Brésil. Il y a plusieurs grands joueurs. Et quand Ngolo (Kanté) est dans l’équipe, souvent ça gagne. On devra adapter notre tactique. Contre le Brésil, c’est le coach qui a gagné le match. Je veux montrer aux Belges et Français que la Belgique est meilleure."

Youri Tielemans : "La France ? Encore plus spécial pour moi..."

© AP

"Le fait d’avoir pu monter au jeu signifie que le coach croit en moi; je n’ai jamais trahi sa confiance. Aussi bien lors de mes montées au jeu que dans le match contre l’Angleterre, j’ai répondu présent. Je ne suis monté qu’à la 87e, mais j’ai savouré à fond mon temps de jeu. J’étais prêt à monter depuis la 65e. Je suis très fier. On a livré une prestation fantastique. On s’est battu les uns pour les autres. Le plan tactique du coach était vraiment parfait. On savait tous jusque dans les moindres détails ce qu’on devait faire. Si c’est plus beau que mes titres avec Anderlecht ? C’est différent. Si on va jusqu’au bout, ce sera plus beau. Le match contre la France est particulier. Premièrement, parce que ce sont nos voisins. Et deuxièmement parce que je joue en France."