Diables Rouges

Sarajevo alterne à un rythme étonnant le moderne, comme cette tour étonnante qui ressemble à un torchon que l’on viendrait de tordre, et l’ancien, avec plusieurs immeubles encore meurtris par des impacts de balles rappelant un passé sanglant pas si lointain. Ce samedi à 18h dans un Grbavica Stadium qui a des airs de parc Duden le charme en moins, Roberto Martinez devra lui aussi jongler entre le neuf et l’ancien.

S’il peut compter sur une majorité de certitudes dans son onze de base, le sélectionneur devra aussi faire sans Romelu Lukaku, son artificier en chef. Auteur de 10 des 35 buts belges dans cette campagne qualificative, l’attaquant de Manchester United pourra connaître, comme nous, sa doublure officielle dans la tête du coach espagnol en découvrant la composition des équipes ce samedi.

Divock Origi ou Michy Batshuayi ? Chaque attaquant peut avancer ses arguments et Martinez n’a pas voulu mettre fin au suspense vendredi soir en conférence de presse. "Je savais qu’on allait me poser cette question", souriait-il. "J’ai trois options pour remplacer Romelu avec Dries (Mertens) en plus de Michy et de Divock, et je prendrai ma décision samedi."

Dans un stade qui s’annonce bouillant malgré un risque de… neige fondante en soirée ce samedi, Roberto Martinez veut aussi voir des Diables plus stables défensivement qu’en Grèce le mois passé. Sans Axel Witsel (qui purge son ultime match de suspension ce samedi) et avec le duo Marouane Fellaini-Moussa Dembélé, l’équipe nationale avait affiché moins de contrôle qu’habituellement à Athènes.

Si l’homme à tout faire de Mourinho devrait rester dans le onze, ce sera au tour de Kevin De Bruyne d’épauler son rival de Manchester. "Kevin avait déjà joué à cette position en Grèce quand Eden (Hazard) était monté au jeu. Ce sera une bonne opportunité de le revoir à une position où il a tout pour être brillant", s’enthousiasme Martinez, séduit par le début de saison impressionnant du rouquin dans ce rôle à City.

Dernier gros enseignement dans ce test grandeur nature : la capacité de Thomas Vermaelen à jouer un match de ce niveau malgré ses… zéros minutes de temps de jeu au Barça cette saison. "Thomas s’entraîne très bien à Barcelone et avec nous. Ce n’est pas du tout un risque de le faire jouer."