Diables Rouges Ce mardi, la Belgique disputera son 250e match dans l’un des stades de la capitale.

Bruxelles et les Diables Rouges sont liés depuis 113 ans. C’est là-bas que l’équipe nationale a disputé, le 1er mai 1904, sa toute première rencontre face à la France (3-3). Ce mardi soir, ce sera déjà la 250e rencontre qui sera disputée dans la capitale. Toutes ne se sont pas jouées au stade Roi Baudouin, qui a accueilli 194 duels (dans ses ancienne et nouvelle moutures). Les Belges se sont également produits dans l’enceinte d’Anderlecht (27 fois), à Molenbeek Saint-Jean (11), à Uccle (13) et au Parc Duden (4). Pour le moment, ils affichent un bilan positif dans la capitale avec 127 victoires, 72 défaites et 50 nuls Et ils y présentent aussi une différence de buts positives 478 buts marqués, pour 346 encaissés.

1. La plus large victoire

En 1905, la Belgique avait planté sept buts face à la France (7-0) mais les générations modernes sont parvenues à améliorer cette marque. En 1994, les Diables avaient étrillé la Zambie (9-0) en pleine préparation pour le Mondial et, sept ans plus tard, Saint-Marin (10-1) grâce à un triplé de Bob Peeters.

2. La plus lourde défaite

À ce niveau, les Diables ont transformé le stade Roi Baudouin en véritable forteresse. Certes, l’Espagne y a gagné lors d’un match amical au milieu de l’année 2014 mais dans de petites proportions (0-2). Pour retrouver la trace de corrections historiques, il faut remonter à 1927 et une claque reçue face à l’Angleterre (1-9). Les Anglais étaient plutôt en réussite en Belgique à cette époque car ils y ont signé deux autres grosses victoires (2-8 en 1908 et 1-8 en 1914).

3. La série d’invincibilité

Les matches officiels réussissent bien aux Diables Rouges. Ils n’en ont plus perdu un à Bruxelles depuis la venue de l’Allemagne le 3 septembre 2010 (0-1), date de la première rencontre qualificative pour l’Euro 2012. Ensuite, ils ont, au moins, pris une unité lors des 18 matches à enjeu disputés dans la capitale (série en cours).