Diables Rouges Un an après son arrivée, Christian Kabasele est déterminé à devenir titulaire à Watford

De son propre aveu, "cela risque d’être un peu trop juste pour ce week-end".

Victime d’une petite contracture à l’ischio-jambier lors de l’avant-dernier match amical de Watford face à Aston Villa le 29 juillet dernier, Christian Kabasele n’est pas certain de pouvoir tenir sa place face à Liverpool ce samedi alors qu’il sortait d’une préparation franchement intéressante.

"J’ai joué 45 minutes le premier match puis les trois suivants en entier avant de ressentir ce problème musculaire. Étant donné que j’ai été blessé en fin de saison dernière et que je venais de beaucoup rejouer, j’ai peut-être eu un contrecoup lié à mon retour", estime le Diable toujours aussi disponible et qui se montre bien décidé à franchir un nouveau cap cette saison pour coller au plan qu’il s’est fixé.

Christian, vous avez été blessé presque autant de fois la saison dernière que sur toute votre carrière. Comment l’expliquez-vous ?

"C’est dû en partie au fait qu’entre l’ Euro et la reprise, je n’avais arrêté que deux semaines. Je voulais absolument participer au stage en Autriche avec ma nouvelle équipe. Je pense que c’était le meilleur moyen de m’intégrer au plus vite. J’ai pris des vacances très raccourcies. Il y a aussi l’adaptation au championnat anglais qui est beaucoup plus exigeant physiquement. À Noël, on n’a pas de trêve, on joue tous les deux jours. Toutes ces petites choses-là ont peut-être fait qu’à un moment mon corps a dit stop. La saison d’avant, j’avais aussi joué tous les matchs, je n’avais pas eu beaucoup de repos durant la saison. C’est un ensemble de petites choses qui ont fait qu’au bout d’un moment, le corps dit stop."

Comment gérer ces indisponibilités nouvelles ?

"On essaye de positiver un maximum. De se dire que c’est une blessure qui va durer peut-être six à huit semaines mais qu’on ne va pas être écarté des terrains pendant six ou sept mois comme cela peut être le cas avec certaines blessures. Dans le malheur, on cherche toujours le positif et on travaille dès le premier jour pour essayer de raccourcir ce délai."

Malgré ces pépins musculaires, quel bilan tirez-vous de votre première saison en Premier League ?

"Je la trouve plutôt positive. J’ai quand même réussi à faire quelques apparitions. À chaque fois que le coach a fait appel à moi, je pense avoir fait mon travail. J’ai marqué des buts, j’ai été blessé les deux fois à des moments où j’enchaînais les matchs. Au final, c’est quand même une saison positive. À chaque fois que je change de club, je me donne toujours la première année pour apprendre, essayer de m’adapter un maximum au championnat, à mon équipe et à ma nouvelle vie. Par rapport à mon plan personnel, je ne suis pas du tout en retard ou plus négatif que cela. C’était une saison d’apprentissage."

En vous suivant, la deuxième saison doit donc être celle où vous allez vous imposer…

(...)