Diables Rouges Laurent Ciman est toujours aussi honoré de faire partie de la sélection des Diables.

Laurent Ciman sera présent au premier rassemblement des Diables Rouges ce lundi après-midi. Après son match contre le New York City FC de Pirlo, Villa et… Chanot (1-1), le défenseur de l’Impact Montréal a pris l’avion pour la Belgique ce dimanche.

"C’est toujours une grande satisfaction et un honneur d’être appelé chez les Diables", dit l’ex-Standardman. "Aujourd’hui, mon statut en équipe nationale est différent d’avant, car j’ai saisi ma chance quand Kompany, Vermaelen, etc. ont été absents. Mais, vu mon passé, j’ai quand même toujours un petit doute avant l’annonce de la sélection. Donc je suis ravi quand je vois que mon nom figure dans la liste. Mais je ne considère certainement pas ce nouveau statut comme définitivement acquis : je bosse tous les jours pour mériter d’être là."

Outre le fait d’être repris, Laurent Ciman a aussi plus de chances qu’avant d’être titulaire depuis que Roberto Martinez a repris les rênes de l’équipe nationale. Mais il préfère rester prudent et ne pas faire de plans.

"Je suis convoqué, je fais partie du groupe. Je vais me donner à fond et on verra les choix du coach, notamment en fonction du schéma tactique qu’il mettra en place. Il connaît mes qualités et à confiance en moi. C’est ce qui a changé par rapport à avant."

Le plus important, pour les Diables, c’est de poursuivre sur leur lancée dans cette campagne qualificative : quatre matches, quatre victoires, 21 buts pour, 1 seul but contre.

"Si on gagne, c’est clair qu’on frappera un grand coup. On a l’équipe pour faire un bon résultat, mais on respecte la Grèce. C’est une équipe qui laisse peu d’espaces et qui a des individualités pour faire mal offensivement. Notamment Mitroglou. Mais on n’a encaissé qu’un but jusqu’ici et on veut poursuivre sur cette spirale positive défensivement. On sait que si on garde le zéro, on a de grandes chances de gagner vu notre énorme potentiel offensif."

En sélection , Laurent Ciman retrouvera son pote Axel Witsel, qui a été repris alors que certains pensaient qu’il n’entrerait plus dans les plans de Martinez suite à son transfert en Chine.

"J’ai très souvent Axel au téléphone. J’étais au courant de son transfert bien avant qu’il signe. J’ai un grand respect pour tout ce qu’il a fait et je n’ai pas à dire s’il a fait un bon ou un mauvais choix. Il a fait le choix qu’il estimait le meilleur pour lui et sa famille, point. Ce n’est pas parce qu’il est parti en Chine qu’il a perdu ses qualités. La Russie n’est pas non plus un championnat de ouf. Je sais qu’il va bosser dur pour rester compétitif. Et puis, en foot, tout peut aller très vite. Il peut très bien revenir en Europe plus vite que prévu. Ou en MLS." (sourire)


"Voir qu’on se moque du Standard, cela fait mal"

L’ex-Rouche est déçu pour Bruno Venanzi et son ami Jean-François Gillet.

Loin des yeux, près du coeur. Même de l’autre côté de l’Atlantique, Laurent Ciman reste attaché au Standard.

"Voir qu’on se moque du Standard, cela fait mal", dit-il. "Mais c’est normal qu’on en arrive là quand un club de ce statut joue les playoffs 2 deux années de suite. Et quand, en plus, un autre club wallon se qualifie pour les playoffs 1, c’est logique que ça chambre… Cela me fait mal pour le président, qui aime ce club. Je suis triste aussi pour mon ami, Jean-François Gillet. Il n’a pas vécu une saison facile mais il n’a rien lâché. Je n’ai jamais douté de lui et de son statut de numéro 1 même si c’est aussi une bonne chose d’avoir une saine concurrence avec Guillaume Hubert, un jeune formé au club."

(...)