Diables Rouges

Présent hier, Philippe Collin continue de traiter des nouvelles candidatures

BRUXELLES Comme la veille, Philippe Collin n’a pas manqué une miette de l’entraînement d’hier comme si tous les détails devaient être notés et les moindres signes capturés. “Non, ne prenez pas cela comme ça. J’ai l’habitude de voir un entraînement sur deux. Comme je ne serai pas là ce mercredi, j’en ai profité les deux premiers jours.”

Pas de notes ni de cotations. Pas de distinction distribuée à un Marc Wilmots dont l’engagement au cours de l’entraînement a pourtant impressionné. Une fois le terrain vidé, une longue discussion eut pourtant lieu entre les deux hommes sans qu’aucun sujet de fond n’ait pourtant été abordé. “Je vais vous dire ce que je lui demandais. Je ne comprenais pas le jeu dans lequel Lukaku et les autres s’étaient lancés. Ils jouaient et puis se touchaient l’oreille. Marc m’a simplement expliqué en quoi le jeu consistait.”

Les informations, Philippe Collin est, semble-t-il, parti les cueillir du côté d’un Vincent Kompany condamné au banc de touche (voir ci-dessous). “Je lui ai demandé des nouvelles de sa blessure, mais j’en ai aussi profité pour prendre des nouvelles de l’ambiance du groupe.”

Car au sommet de l’Union belge, les dossiers d’entraîneurs avancent sans chasser la lenteur. “Je prends mon temps. Il n’y aura aucune décision avant le match contre l’Angleterre, d’autant que j’ai encore reçu des candidatures aujourd’hui. Je travaille toujours avec Benoît Thans, mais c’est vrai que pour certains cas, c’est à moi de monter en première ligne. On ne va pas se précipiter.”



© La Dernière Heure 2012