Diables Rouges

Le Diable deviendrait le joueur le plus cher de l'histoire de la Bundesliga.

L’Allemagne n’a pas tardé à lui trouver un petit surnom qui claque. À Dortmund, Michy Batshuayi se fait désormais appeler Batshi. Ce qui rime accessoirement avec folie.

Contre Francfort, le Diable a retrouvé le chemin des filets après 5 rencontres sans marquer pour donner de drôles de contours à son bilan qui affiche 7 réalisations en 9 apparitions. De quoi forcément donner envie de le voir étendre son séjour au-delà de la fin de son prêt.

"Je me réjouirais de le voir rester", a confirmé Marco Reus. "Il a montré à quel point il pouvait être important pour nous. J’espère que nous allons terminer la saison en nous qualifiant pour la Ligue des Champions."

Un billet pour la prochaine C1 (Dortmund doit terminer dans les 4 premiers pour ce faire) s’annonce comme une condition indispensable avant de pouvoir entamer d’éventuelles négociations avec Chelsea. Signe qu’ils croient fermement en Batshuayi, les dirigeants londoniens étaient ouverts à un prêt cet hiver, à la seule condition qu’il ne comporte aucune option d’achat. Pour tenter d’infléchir leur position, seule une grosse offre pourrait les faire changer d’avis. Michael Zorc n’a pas caché dans Bild la volonté de son club "de se renforcer significativement à ce poste la saison prochaine".

La presse allemande évoque la somme de 60 millions d’euros, ce qui serait un record pour la Bundesliga où le joueur le plus cher de l’histoire se nomme Corentin Tolisso passé l’été dernier de Lyon au Bayern pour 41,5 millions.

Loin de cette agitation naissante, l’attaquant a précisé "bien se sentir" en Allemagne tout en soulignant "c’est quelque chose entre Dortmund et Chelsea".