Dries Mertens: “Un jour, on gagnera un tournoi”

Christophe Franken Publié le - Mis à jour le

Diables Rouges

Pour Dries Mertens, les Diables peuvent aller loin en gardant le “style Barça”

Il faut déjà se lever tôt pour impressionner Dries Mertens. Du haut de son mètre 69, le Louvaniste n’est absolument pas effrayé à l’idée de découvrir un Wembley rempli samedi. “Je joue chaque match au PSV dans un stade plein. Tu sais, 20.000 ou 90.000, c’est pareil.”

N’espérez pas plus éblouir le jeune homme de 25 ans avec la composition de l’équipe anglaise. “Ce sont tous de grands joueurs, j’ai beaucoup de respect pour eux, mais ils ne me font pas peur.”

En fait, Dries Mertens n’a pas peur de grand-chose, même pas de faire de grandes déclarations qui pourraient un jour lui revenir en pleine figure, tel un boomerang. “Si les Diables continuent à jouer au sol en multipliant les combinaisons à l’image de ce que fait le Barça ces dernières années, on peut viser très loin.”

À ce niveau, la rencontre face au Monténégro a pleinement satisfait le playmaker d’Eindhoven. “Pour la première fois, on a vraiment dominé de bout en bout une équipe. On avait la maîtrise du cuir et l’adversaire devait courir derrière. Il y a eu du déchet aussi, mais on doit poursuivre sur cette voie si on veut un jour gagner un grand tournoi. Ce n’est pas les formations qui balancent de longs ballons vers l’avant qui remportent les Championnats d’Europe ou les Mondiaux.”

C’est d’ailleurs un journal anglais qui avait écrit, il y a quelques mois, que la Belgique serait championne du monde en 2014, tant les talents y pullulaient. “Le journaliste qui a écrit ça a totalement raison. Tout le monde pense à cela. Si on continue à apprendre de nos erreurs et à s’habituer l’un à l’autre, on gagnera un tournoi.”

Avant cela, Dries Mertens aura probablement quitté le PSV où il s’est directement imposé comme l’une des stars cette saison. Lyon et surtout l’Inter Milan sont sur la balle. Une balle que le médian offensif préfère balancer en touche. “Je ne pense pas à trop à mon avenir” , répond-il prudemment avant de se mouiller un peu plus: “Pour être honnête, cela me ferait mal de quitter le PSV sans avoir été champion. On a gagné la Coupe, mais ce n’est pas la même chose. J’aimerais être champion puis partir. Si on avait remporté le titre, j’aurais plus pensé à un transfert. Maintenant, je ne peux pas jurer que je serai toujours à Eindhoven la saison prochaine.”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner