Diables Rouges Les primes peuvent s’élever à 700.000 euros en cas de victoire finale.

Les Diables Rouges ont déjà bien gagné leur vie à l’Euro. Si on y ajoute la prime de qualification, ils ont chacun gagné 300.000 euros brut, ce qui - toutefois - revient à moins de 150.000 euros net.

Les primes des joueurs ont fait couler beaucoup d’encre. Avec Vincent Kompany comme principal négociateur, les joueurs ont obtenu de grosses primes pour l’Euro 2016 et pour la Coupe du Monde 2018. Le calcul est simple : ils reçoivent 60 % des primes que l’Uefa verse à la Fédération belge.

La prime de qualification pour la Fédération était de 8 millions d’euros. Puis, au premier tour, les primes étaient de 500.000 euros par point et d’1 million par victoire. La qualification pour le second tour rapporte 1,5 million. En tout, cela fait donc 11,5 millions.

60 % de 11,5 millions, cela fait 6,9 millions. Si on partage cette somme par 23 joueurs, cela fait 300.000 euros par joueur.

Si les Diables se qualifient pour les quarts de finale, le bonus par joueur sera de 65.000 euros. La prime est de 105.000 euros pour la demi-finale, de presque 145.000 euros pour arriver jusqu’à la finale et de presque 210.000 euros pour la gagner. En tout, le montant par joueur s’élèvera à presque 700.000 euros si la Belgique est championne d’Europe.

À cela s’ajoutent les primes pour le staff technique, le staff médical et le personnel logistique. Plus tous les frais (de déplacement, de stages, de nourriture, de scouting, etc.), ce qui réduit fortement le bénéfice de la Fédération.

Les clubs de D1 estiment que les primes pour les joueurs sont trop élevées. Les Diables Rouges - estiment-ils - gagnent déjà assez bien leur vie dans leur club. À l’avenir, ils veulent revoir les primes à la baisse.