Diables Rouges

Les joueurs ont eu le droit de souffler et reprendront les entraînements ce jeudi

Théoriquement, les joueurs étaient attendus, ce mercredi matin, sur leur terrain d’entraînement pour une nouvelle séance. Mais, mardi soir, Roberto Martinez a décidé de l’annuler pour offrir un peu de repos à ses joueurs, qui avaient considérablement souffert du climat de Sotchi. Chaleur et humidité n’avaient visiblement pas fait bon ménage car certains Diables, à l’image d’Eden Hazard, avaient terminé la rencontre à bout de souffle.

Il n’en fallait pas moins pour que quelques critiques naissent sur les réseaux sociaux : pourquoi doivent-ils se reposer après un match contre le petit Panama ? Une remarque peut-être un petit peu trop simpliste pour des joueurs qui ont, pour la plupart, connu une saison bien fatigante.

“Mais ce n’est pas un jour libre vu que je suis avec vous”, souriait le capitaine face aux journalistes. “Nous n’étions pas obligés d’avoir un jour de congé mais pour le corps et l’esprit, ça fait du bien. Nous ne nous attendions pas à avoir un match aussi compliqué contre le Panama mais mentalement et physiquement, ce n’était pas simple. Et puis, beaucoup de Diables évoluent en Premier League et tout le monde sait que les plages de repos là-bas sont plutôt rares.”

Ce n’est pas parce que les joueurs ont eu droit à un petit peu de repos que leur condition physique sera moins bonne samedi, face au Panama, bien au contraire. “Cela fait un petit temps que nous sommes tous ensemble en pleine préparation pour cette Coupe du Monde. Je ne pense pas qu’un jour en moins de travail va changer quoi que ce soit”, confirme Yannick Carrasco.

La séance de ce mardi avait également été particulièrement intensive pour ceux qui n’avaient pas joué le premier match du tournoi. C’est donc l’ensemble du noyau qui avait besoin de souffler.

“Ce que j’ai fait aujourd’hui ? Rien ! Mais ça fait du bien”, continue Eden Hazard. “Ce n’est pas pour autant que je suis resté toute la journée dans ma chambre sur mon téléphone portable. On a joué aux cartes mais ne rien faire sur le plan footballistique, ça fait du bien.”

Les trois gardiens ont préféré une bonne partie de golf, tandis que d’autres se sont testés au basket. “J’ai joué avec Jan (Vertonghen), Kevin (De Bruyne) et Toby (Alderweireld). Non, il n’y avait pas Dries Mertens et Eden Hazard”, sourit Mousa Dembélé.

Mais dès ce jeudi matin, place aux choses sérieuses avec la préparation du match face à la Tunisie.

"Plus la méthode du Barça que de l'Atlético"

Un second jour de repos pour les Diables ? Mario Innaurato, préparateur physique des Diables sous l’ère Wilmots, peut le comprendre

"Suite aux efforts physiques intenses des derniers jours, l’entraînement du jour est annulé. Les joueurs reçoivent un jour de repos supplémentaire", expliquait le staff à travers un communiqué mardi soir.

Un second jour de congé de suite après une seule rencontre dans le tournoi peut-il être justifié ?

Non, si on se fie à quelques commentaires sur les réseaux sociaux ("Et ils font comment les cyclistes au Tour de France par rapport à ces footeux bien trop gâtés ?").

Oui, si on pose la question à un spécialiste.

Ce spécialiste, c’est Mario Innaurato, préparateur physique des Diables sous l’ère Wilmots qui sort de deux expériences à l’étranger, à l’AC Milan puis au FC Séville. "L’objectif de la Belgique cette année, c’est la finale. Cela fait donc sept matches. En faisant déjà souffler ses hommes, Martinez anticipe juste les efforts à venir. La finale n’est programmée que le 15 juillet, dans un presque un mois donc. Il faut calculer l’effort."

En 2014 au Brésil et en 2016 en France, les Diables de Wilmots avaient eu moins de repos. Mais comparaison n’est pas raison. "Je vous donne un exemple que j’ai vu de mes propres yeux : le Barça et l’Atlético Madrid ont dominé la saison en Espagne. Pourtant, leur méthode de préparation physique est totalement opposée. Cela bosse comme des malades à l’Atlético et c’est très cool à Barcelone. Il n’y a pas de recette miracle. Grand connaisseur de la Premier League , Martinez mise sur la fraîcheur dans son groupe, un peu comme le Barça donc. Il faut lui faire confiance et le laisser travailler."

S’il précise qu’il n’est maintenant plus à l’intérieur du groupe et qu’il dit ça en simple observateur, Mario Innaurato avait été frappé pendant la préparation : "Les jambes des Diables me semblaient légères, notamment contre le Costa Rica. C’est une bonne nouvelle après une si longue saison en club."