Diables Rouges Lors de la 7e journée de Premier League, le sauveur de Manchester United était un jeune homme de 18 ans, formé à Anderlecht. Avec un doublé collé à Sunderland, le médian belgo-albanais a empêché son club de sombrer dans la crise. Tout en ravissant les fans des Red Devils qui s'étaient déplacés au Stadium of Light.  Une prestation trois étoiles qui a mis encore un peu plus le joueur dans la lumière. Et posé la question de son choix pour l'équipe nationale. Tiraillé entre sa Belgique natale et ses racines albanaises, Januzaj n'a toujours pas fait son choix définitif.
 

Aujourd'hui, un troisième larron fait son entrée dans la course à ce talentueux ailier: l'Angleterre ! Roy Hogdson , le sélectionneur des Three Lions, a confirmé avoir un œil sur Januzaj, "s'il est naturalisé ou devient un produit du cru". "Cela fait maintenant un certain temps qu'il est à Manchester United et, bien entendu, nous devons en discuter sérieusement avant de naturaliser des joueurs", a-t-il déclaré au micro de la BBC. "Aucun doute, il est très doué et nous le tenons à l’œil..." Un intérêt confirmé par David Moyes, le coach de ManU. Bref, le talent du  "petit" fait des envieux.

La Belgique doit-elle craindre la Perfide Albion ? Oui et non. Si la perspective d'évoluer pour une nation historique du football est alléchante, le joueur devrait se montrer très patient. En effet, si Januzaj choisit de jouer au service de sa Gracieuse Majesté, il ne pourrait enfiler le maillot anglais qu'à partir de 2018, en accord avec les lois de la FIFA. Celles-ci sont claires: pour porter le maillot de son pays d'adoption, il faut y vivre au moins 5 ans après avoir fêté son 18e anniversaire. Adnan serait alors âgé de 23 ans, et aurait déjà loupé une Coupe du Monde et un Euro. Un peu beaucoup pour un joueur dont on ne doute pas des ambitions internationales.