Diables Rouges

"Ce sera une rencontre assez spéciale contre l'Angleterre", a lancé Toby Alderweireld mardi en conférence de presse à Dedosvk, camp de base des Diables Rouges en Russie.

Le défenseur belge, qui évolue à Tottenham depuis 2015, connait évidemment très bien les joueurs anglais, que la Belgique affrontera jeudi soir (20h00) à Kaliningrad lors de la 3e journée du groupe G de la Coupe du monde.

"Je suis fin prêt si l'entraîneur a besoin de moi", a lancé le défenseur des Diables Rouges avant d'aborder la première place du groupe. "Nous voulons gagner ce match, comme tous les autres, pour rester dans notre spirale positive", a prévenu Alderweireld, balayant d'un revers de manche l'idée de voir la Belgique terminer deuxième afin de bénéficier d'un parcours sur papier plus abordable.

"Les huitièmes de finale sont dans les têtes de tout le monde, il faut rester réaliste. Mais nous voulons gagner et sommes venus en Russie avec un but bien précis, celui de faire du mieux possible lors de chaque rencontre."

Les Diables Rouges de Roberto Martinez s'entraînent à huis clos presque quotidiennement, contrairement à ce que faisait Marc Wilmots. "Nous travaillons beaucoup sur le plan tactique, essayant de nous améliorer à chaque rencontre. C'est mieux de pouvoir faire ça dans le calme et la tranquillité. Nous observons les points faibles de chaque adversaire pour les exploiter en match. Notre 3-4-3 peut évoluer en cours de match comme contre le Panama, où nous avons joué à quatre derrière après la pause. Le cas échéant, tout le monde sait ce qu'il doit faire. Ce ne sont que des petits détails mais ils peuvent faire la différence", a ponctué le défenseur de 29 ans.

La Belgique et l'Angleterre sont en tête du groupe G avec 6 points et se disputeront jeudi la première place.