Diables Rouges

La Belgique s'est d'ores et déjà qualifiée pour la Coupe du monde 2018 en Russie, grâce à sa victoire en Grèce 1-2 (mi-temps: 0-0) pour le compte de la 8e journée des qualifications dans le groupe H, dimanche à Athènes devant 1.000 supporters belges.

Le match s'est joué en cinq minutes avec un but de Jan Vertonghen à la 70e. Si la Grèce égalisait deux minutes plus tard par Zeca, Romelu Lukaku (74e) envoyait les Diables Rouges au Mondial (1-2).

Privés de Vincent Kompany, victime d'un coup direct lors de l'avalanche de buts contre Gibraltar (9-0) jeudi à Sclessin, et d'Axel Witsel, suspendu, les Diables Rouges ont été patients face à la Grèce.

Roberto Martinez avait placé Eden Hazard sur le banc alors que son homologue grec était toujours privé de son buteur Konstantinos Mitroglou. Cela chauffait après le quart d'heure avec un envoi de Stafylidis sur le poteau et une alerte pour Courtois encore sur une déviation de Fellaini en coup de coin. Le premier envoi de Vertonghen partait à la 25e, mais sans danger pour Karnezis.

La première occasion fut grecque avec un envoi de Donis qui mettait Courtois à contribution (12e) et la partie s'équilibrait dans les échanges avec une possession de balle redevenue belge. Avare en occasions, la première période voyait encore une intervention de Courtois dans les pieds de Fortounis (40e). Score au repos: 0-0.

La Grèce remettait un coup de pression à la reprise, mais le match s'emballait vraiment sur cinq minutes à la 70e avec le but d'ouverture de Jan Vertonghen, son 7e chez les Diables, d'un envoi lointain. La Grèce a égalisé dans la foulée par Zeca (73) qui profitait d'une approximation dans la défense belge (1-1). La joie grecque ne fut que de courte durée. Moins d'une minute plus tard, Romelu Lukaku, pour son 12e but en qualifications pour une Coupe du monde, remettait les Diables aux commandes (1-2) sur un service de Thomas Meunier, alors qu'Eden Hazard était monté au jeu. Le meneur de Chelsea s'offrait une grosse occasion pour alourdir la marque à la 89e. Le marquoir restait pourtant figé, scellant une 13e participation des Diables Rouges à une phase finale de Coupe du monde. C'est la quatrième qualification de suite pour la Belgique dans un Euro ou un Mondial, tenant compte de l'Euro-2000 organisé en Belgique et aux Pays-Bas.

Il reste encore deux rencontres à disputer, en Bosnie-Herzégovine le 7 octobre et face à Andorre le 10 octobre au stade Roi Baudouin à Bruxelles dans ce groupe H des qualifications.

Les Diables Rouges s'invitent à la Coupe du monde pour la 13e fois

Les Diables Rouges ont décroché leur ticket pour la Coupe du monde en Russie, dimanche, en battant la Grèce (1-2) au Pirée. La Belgique participera pour la 13e fois à la grande fête du football mondial.

La Belgique était déjà présente lors des trois premières éditions de la Coupe du monde, en 1930 en Uruguay, en 1934 en Italie et en 1938 en France. Le parcours s'arrête dès la phase de groupes en 1930 et en huitième de finale, c'est-à-dire dès le premier tour, les deux éditions suivantes.

Absente en 1950, la Belgique se qualifie pour la phase finale en 1954, en Suisse. Là aussi, malgré un partage 4-4 contre l'Angleterre - premier match sans perdre - les Belges quittent le tournoi après la phase de groupes.

Il faudra ensuite attendre 1970 pour retrouver les Belges en Coupe du monde. Le premier 'Mundial' mexicain est même historique, car les Diables Rouges signent leur première victoire en Coupe du monde, face au Salvador (3-0). Mais encore une fois, la Belgique ne parvient pas à se sortir de son groupe.

Après un nouveau coup d'arrêt en 1974 et 1978, la Belgique retrouve le gratin du football en 1982. Commence alors une période dorée pour le football belge: les Diables s'invitent systématiquement à la table des grands entre 1982 et 2002, avec en point d'orgue la demi-finale au 'Mundial' mexicain 1986 bien sûr. Le match renversant contre l'URSS, la séance de tirs au but face à l'Espagne et le retour des héros devant une Grand-Place de Bruxelles noire-jaune-rouge de monde sont encore dans les mémoires de nombreux belges.

Durant cette période faste, hormis en 1998, les Belges ont toujours réussi à se sortir de la phase de groupes avant d'échouer au deuxième tour en 1982 et en huitièmes de finale en 1990, 1994 et 2002. Des éliminations difficiles à digérer: les plus fervents supporters se souviennent encore du but de l'Anglais David Platt en Italie, du penalty non accordé à Josip Weber contre l'Allemagne aux Etats-Unis et du but refusé à Wilmots contre le Brésil au Japon.

Joueur en 2002, Wilmots est aussi de la partie en 2014 au Brésil, où les Belges retrouvent le Mondial après les échecs en qualification en 2006 et 2010. Le parcours des Diables Rouges s'arrêtent en quarts de finale, soit le deuxième meilleur résultat de l'histoire du football belge. C'était le premier grand tournoi de la génération dorée des Hazard, De Bruyne, Kompany, Courtois, et compères... Quatre ans plus tard, les Diables s'envoleront pour la Russie avec l'objectif de confirmer les espoirs placés en eux.

Le tirage au sort aura lieu le 1e décembre en Russie. La Belgique, premier pays européen à se qualifier sur le terrain, rejoint la Russie, pays organisateur, le Japon, l'Iran, le Brésil et le Mexique, déjà qualifiés eux aussi.

Revivez le match