Diables Rouges

Ce mercredi, l’hôtel qui accueille la grande majorité de la presse belge en périphérie moscovite souffre d’une panne d’électricité.

A l’heure des réseaux sociaux, de l’instantanéité et de la mise en avant de l’image, les journalistes présents à la Coupe du monde sont sur-équipés. Ordinateurs, téléphones, caméras, micros, chargeurs en tout genre, câbles HDMI, Ethernet et on en passe : les valises que l’on transporte depuis une semaine sont plutôt bien remplies. Pourtant, tout ceci perd tout son intérêt à la seconde où vous souffrez d’une panne d’électricité. Depuis 10h00 (heure belge), le Novahoff hotel&Spa qui nous accueille est privé d’électricité. Par chance, personne n’était dans l’ascenseur actuellement bloqué entre le premier et le deuxième étage.

Depuis cette coupure, chacun prend son mal en patience tout en économisant chaque pourcentage de ses batteries pour assurer un service minimum en cas d’urgence. Du côté de la DH, nous en avons profité pour une petite séance de sport, notre première en une semaine, permise par ce chômage technique imposé mais aussi par le fait que les Diables sont au repos, ce mercredi. Un point presse est toutefois prévu dans leur hôtel en fin de journée et il est fort possible qu’Eden Hazard et sa bande assistent à une certaine ruée vers les prises de courant à notre arrivée…

Mais avant de s’y rendre, il a bien fallu prendre une douche froide (et dans le noir), à la lueur de l’application « lampe de poche » de notre smartphone. Tant pis pour les 6% de batterie perdus dans l’histoire. Heureusement, la connexion 4G qui permet d’envoyer ce texte est, elle, infaillible. Pour l’instant...