Diables Rouges

Après avoir été étincelant contre Arsenal dans le Derby londonien le week-end dernier, Moussa Dembélé a de nouveau confirmé sa bonne forme par une prestation magistrale au sein de l'entrejeu de Tottenham.

Le début de match des Spurs était pourtant catastrophique. Dès la neuvième minute, le marquoir affichait déjà 2-0 pour la Juve. Au lieu de sombrer, Tottenham s’est relevé. Tranquillement, à l'image de son milieu défensif Moussa Dembélé.

Tel un diesel, le technicien a mis quelques minutes avant de se mettre en route. Mais une fois son moteur bien rodé, le Diable rouge était partout et s'est montré impressionnant tant dans son jeu défensif qu'offensif. Il fut même monstrueux sur certaines séquences. Dans le sillage de cette courroie de distribution indispensable, la machine anglaise s’est mise en route. Tottenham est parvenu à inscrire deux buts à l'extérieur, à cette Vieille Dame qui n'avait encaissé qu'un goal sur ses seize dernières sorties. La prestation du Diable a impressionné plus d'un observateur.

Parmi les médias qui faisaient les louanges du gaucher, So Foot lui octroie la note de 8,5/10: "Si son homonyme a été rejeté par le PSG avant de s’envoler au Celtic, le Belge aurait, lui, toute sa place dans la capitale française où il pourrait régler le débat de la sentinelle. Des ballons grattés dans tous les sens et des passes dans les intervalles toujours vers l’avant. Le grand bonhomme en Moussa."

L'Express lui donne la note de 9/10: "Dembélé a affiché de la puissance et de l'habileté. Il a couvert chaque espace du terrain et a dominé le milieu."

ESPN attribue également une grande distinction à l'Anversois: "Il a provoqué le coup franc sur le but d'ouverture mais après, son jeu était superbe. Le Belge a contrôlé le jeu au milieu du terrain, créant de l'espace pour les autres avec ses pirouettes dans des zones étroites. Même quand il perdait la balle, il la récupérait directement après."

Le Guardian parlait d'ailleurs de Dembélé comme "la tour de contrôle ultime : Dembélé est l'un de ces joueurs que ses coéquipiers adorent et complimentent. Il a cette rare combinaison de puissance, de dribble et de passing. Il a un style peu commun : à la fois capable de dominer le jeu adverse, de créer des espaces-clés sans pour autant être décisif et plaire aux amateurs de statistiques. Il passe une grande partie du match près du rectangle adverse mais n'a marqué qu'un but et réalisé un seul assist cette année. Cependant, il a un rôle clé car il est le joueur qui contrôle le milieu, celui qui intercepte le ballon ou qui donne le pré-assist. C'est excitant de voir comment il oriente le jeu de Tottenham."

Dans ses colonnes, Le Figaro analysait : "À 2-0 en faveur de la Juve, Tottenham ne s’est pas affolé et a rapidement pris les clés du milieu de terrain. L’occasion pour Moussa Dembélé de faire à nouveau l’étalage de son impressionnant volume de jeu. Impérial à la récupération, l’international belge a touché 116 ballons (le plus gros total du match)."

La prestation du Diable a même été remarquée en Asie, où le site sportif indien Sportskeeda donne également au Diable la cote de de 9/10: "La constance n'a jamais été le fort de Dembélé, mais il l'a été contre la Juventus. Après une sortie spectaculaire contre Arsenal, Dembélé a garanti le spectacle à Turin. Il jouait vers l'avant et le milieu de terrain de la Juventus ne semblait pas en mesure de le contrer. Il était le meilleur sur le terrain."

Des consultants anglais sous le charme

Consultant sur la BBC, Chris Waddle ne tarit pas d"éloges à son égard. "Ce garçon est tellement fort. C'est vraiment dommage qu'il ne tente pas plus souvent sa chance au but. Pour moi, un joueur comme lui doit marquer au moins dix buts par saison". Steven Gerrard, qui l'a affronté plusieurs fois durant sa carrière, a aussi été séduit: "Il est un joueur de premier plan et est très en forme. Il utilise si bien ses bras. Il peut vous dépasser à tout moment".

Sa prestation laisse les Belges rêveurs car tous espèrent que Dembélé trouvera un jour ce niveau-là avec les Diables. Eric Van Meir a en tout cas lancé le débat sur les réseaux sociaux : "Je pense que nous avons trouvé notre numéro 6 chez les Diables Rouges!".