Diables Rouges

"C'est comme le premier jour d'école, tout est nouveau pour moi", a souri le nouveau venu Hans Vanaken, mardi, à Tubize, où les Diables Rouges se retrouvaient pour la première fois depuis le Mondial 2018.

Vanaken, 26 ans, est l'un des quatre nouveaux visages dans le noyau des Diables Rouges, avec Timothy Castagne (Atalanta), Birger Verstraete (La Gantoise) et Leandro Trossard (Genk).

"Je suis arrivé une demi-heure trop tôt pour être sûr d'être à l'heure", a confié le Brugeois. "J'essaye de rester calme, je ne veux pas me rendre nerveux. C'était comme le premier jour d'école. Tout est nouveau pour moi". Vanaken pense avoir mérité sa sélection grâce à ses prestations de la saison passée, qui lui ont valu le titre de champion avec Bruges et le trophée de Footballeur Pro de l'année. "Je pense avoir disputé ma meilleure saison. J'ai progressé dans mon jeu, et c'est la récompense."

"Ce sera un test pour moi", a ajouté le Brugeois. "Le niveau sera beaucoup plus élevé qu'au Club Bruges. Ici, je veux voir où je me situe. Difficile de dire à quel niveau je suis entre tous ces grands footballeurs. Ce sont tous des grands joueurs, mais si je dois en citer un dont je suis fan, c'est Eden Hazard."

Vanaken n'a pas encore eu de conversation avec Roberto Martinez concernant le rôle que le sélectionneur compte lui confier. "On n'a pas encore discuté. C'est déjà un honneur d'être ici. Je veux profiter de cette semaine. Je suis fier de faire partie de ce groupe."

Vanaken est également très heureux d'avoir l'occasion de travailler avec Thierry Henry, promu T2 de Martinez après le départ de Graeme Jones. "J'ai toujours été fan d'Arsenal. J'ai toujours admiré Thierry Henry, c'est un honneur de travailler avec lui."