Diables Rouges

A peine reconduit pour deux ans dans ses fonctions vendredi, Roberto Martinez remonte en scène pour le plus grand "show" de sa carrière de sélectionneur belge, ce lundi à Tubize. Il va en effet annoncer sa liste des 23 sélectionnés et des 12 réserves pour le mondial-2018 de football en Russie.

Mais d'ores et déjà et même s'il y a d'autres points d'interrogation, sept ou huit défenseurs, compte tenu de la fragilité de certains, par exemple, un seul passionne et divise le monde du foot belge, voire au-delà: Nainggolan or not Nainggolan ?

Pour certains la question ne se poserait d'ailleurs plus: ce sera sans lui, et l'encre de son nouveau contrat à peine sèchée, l'Espagnol va ainsi se retrouver au centre d'une méga-polémique qu'il n'aura pas cherché à éviter.

Pour d'autres il n'osera pas et pour d'autres encore, il n'est pas imaginable de se passer d'un joueur a priori aussi incontournable.

On ignore encore lesqels auront eu raison, mais il faut cependant reconnaître que les propos tenus par Martinez lors d'un 'Walk Talk Football' publié vendredi soir sur You Tube ne rassurera sans doute pas les fans du tatoué.

Que dit-il, en effet ? "Ce n'est pas tellement le nom du joueur qui m'importe, mais sa capacité à intégrer un ensemble équilibré. Parce que l'équilibre, c'est ce qu'il y a de plus essentiel lorsque vous essayez de construire une équipe. La recherche de cette structure est d'ailleurs la partie la plus difficile de mon travail. Vient ensuite la plus pénible, celle de causer l'immense déception de ceux qui n'en font finalement pas partie..."

Alors quid de Nainggolan ? Ses actions ne flambent pas à la bourse, c'est le moins qu'on puisse dire.

Parce que si selon la version Martinez, il serait difficile, voire impossible, de l'utiliser dans le 3-4-2-1 qui lui est si cher, la question serait en réalité plus complexe, sinon carrément relationnelle. En deux mots, les "manières" de l'individu ne lui plairaient pas. Ou il jugerait en tout cas son comportement trop peu professionnel.

Une chose est sûre, il y aura un tremblement de terre médiatique sans précédent en Belgique un jour férié, si jamais le Ninja reste sur le carreau lundi....