Diables Rouges Le milieu entend voir son contrat prolonger d’au moins deux saisons.

Son but, rageur, de la tête, a offert à Manchester United une victoire contre Arsenal mais aussi le billet pour la prochaine Ligue des Champions qui va avec. Mais, à l’heure actuelle, Marouane Fellaini ne disputera pas la C1 l’an prochain avec les Red Devils, son contrat actuel prenant fin le 30 juin prochain, ce qui lui donne la possibilité de s’engager libre pour n’importe quel club.

Une telle situation lui a permis de sonder le marché et de voir que son profil était apprécié, vu les intérêts qui ont filtré, de manière plus au moins sérieuse, entre la France (le Paris SG, Monaco) et la Turquie principalement.

José Mourinho n’a pas attendu les récents événements pour le savoir mais n’a pas caché son profond optimisme quand à la prolongation de contrat d’un élément qu’il apprécie au plus haut point.

Après avoir répété "qu’il voulait qu’il reste, que le club voulait qu’il reste" et qu’il "pensait qu’il allait rester", le Portugais a lâché : "Nous y sommes presque, mais je ne peux pas encore fêter cela, je veux voir le contrat avec l’en-tête de Manchester United, la signature du vice-président Ed Woodward et celle de Marouane Fellaini."

Reste à savoir quelle date d’expiration va figurer sur le contrat. Et le nœud du problème se situe précisément à ce niveau. À Manchester United, comme à Arsenal d’ailleurs, la pratique est quasiment gravée dans le marbre: les trentenaires ne se voient offrir que des prolongations d’un an. Sauf que Fellaini, 30 ans depuis le 22 novembre dernier, en veut plus.

Secrètement, selon la presse anglaise, il rêverait de se réengager pour trois saisons supplémentaires. Mais chacun des deux camps pourrait faire un pas vers l’autre avec une prolongation de deux ans, quitte à ce qu’elle soit indexée à une option facile à lever. Ce qui pourrait permettre au Diable de profiter de ce but inscrit face à Arsenal.