Diables Rouges Roberto Martinez revient, une nouvelle fois, sur sa sélection pour le Mondial.

Initialement, Roberto Martinez était attendu vendredi dernier en conférence de presse, mais seul Michy Batshuayi s’était finalement présenté à la presse. Ce lundi, sur le coup de 15h, le sélectionneur est attendu pour s’exprimer pour la première fois depuis la divulgation de sa sélection de vingt-huit joueurs pour le prochain tournoi russe. Un moment important car le technicien espagnol sera certainement encore questionné sur l’absence de Radja Nainggolan.

Durant le week-end, il a déjà livré un premier sentiment à nos confrères de Proximus sur le début de la préparation, tout en revenant sur ce dossier particulièrement brûlant. Sans, pour autant, citer une seule fois le nom du joueur de la Roma. "Je n’ai pas à juger tous ces débats. C’est la démocratie, tout le monde a le droit d’avoir son avis. C’est la culture moderne et il faut l’accepter. D’autres décisions auraient été plus faciles, c’est évident", dit-il. "L’émotion et la passion des supporters sont une bonne chose car cela démontre qu’ils se soucient de leur équipe nationale. Mais personne n’attend de moi que je prenne des décisions faciles."

Et il a donné l’un ou l’autre message précis pour expliquer sa décision. "Plusieurs joueurs mériteraient d’être dans cette sélection, mais je ne peux en prendre que vingt-trois, c’est la règle. On ne choisit pas des noms, mais des joueurs qui peuvent prester pour l’équipe nationale. Tout en sachant que certaines décisions seront impopulaires, c’est la tâche de l’entraîneur", poursuit-il. "Il aurait été facile de prendre les vingt-trois que tout le monde attendait mais nous n’aurions pas joué comme nous le désirons au Mondial."

Roberto Martinez est conscient qu’il y aura beaucoup d’attentes autour des Diables Rouges. "On doit avoir l’ambition d’aller loin, mais les matches contre le Panama et la Tunisie ne seront pas faciles car ces deux nations voudront fêter leur qualification pour le Mondial."

Découvrez l'interview complète de Roberto Martinez au micro de Proximus