Diables Rouges

Il a signé pour quatre ans à Saint-Etienne

SAINT-ETIENNE Avant d'embarquer pour la Chine, Kevin Mirallas avait confié que son avenir se situait à Saint-Etienne. Son souhait a enfin été exaucé hier par un bail de quatre ans. Lille a déboursé trois millions et recevra un dédommagement supplémentaire à la revente. "Il était temps que ce feuilleton se termine. Cela fait longtemps que j'ai porté mon choix sur St-Etienne et je vais désormais pouvoir me projeter à fond dans ce défi" , nous a confié l'attaquant depuis l'aéroport de Lyon duquel, en fin d'après-midi, il s'envolait pour rejoindre la Belgique et les Diables .

Mirallas devrait être associé à Bafetimbi Gomis en pointe, avec Pascal Feindouno dans le dos du duo. Cette disposition tactique prônée par Laurent Roussey, qui a connu Kevin lorsqu'il était adjoint à Lille, est pour beaucoup dans le choix du Liégeois. "J'ai assisté à la défaite de St-Etienne face à Lyon dimanche. Ma nouvelle équipe ne méritait pas de s'incliner et si elle ne totalise que trois points au classement, nous avons tout le temps de rectifier le tir jusqu'en fin de saison. J'ai passé quatre saisons à Lille et je n'oublierai jamais les bons moments que ce club m'a fait connaître mais en optant pour Saint-Etienne, je franchis encore une étape. Le club est plus régulier que Lille et il dispose, surtout, d'un meilleur projet, plus ambitieux. Je vais pouvoir continuer à progresser, en jouant régulièrement et sans me brûler. À 20 ans, c'était ma volonté."

"Heureux que Tchite soit Diable"

S'il avoue être un peu épuisé par les JO puis les négociations de son transfert, le Ronaldo du pauvre compte mettre à profit la semaine pour récupérer la fraîcheur nécessaire à une bonne prestation contre l'Estonie. Avec l'arrivée de Mémé Tchite, il devra faire face à une concurrence accrue. "Je ne le prends pas comme un concurrent mais comme un joueur qui peut apporter beaucoup à l'équipe nationale. Ce sera à l'entraîneur de trouver la meilleure formule pour associer toutes les forces de l'équipe et trouver une solution qui gagne. Moi, je suis heureux qu'il soit Diable. Je vais l'accueillir avec plaisir."



© La Dernière Heure 2008