Diables Rouges José Mourinho a défendu Romelu Lukaku, muet pour ses débuts avec Man U.

Les scénaristes d’Hollywood auraient sans doute imaginé de tels débuts. Sur l’un de ses premiers ballons, une offrande de Paul Pogba, Romelu Lukaku s’est retrouvé en position idéale pour inscrire son premier but sous ses nouvelles couleurs.

Mais Brian Rowe, le gardien des LA Galaxy, s’est brillamment interposé pour l’en empêcher. Et rembarrer ce qui aurait été un début rêvé.


Non, l’attaquant, au contraire de Marouane Fellaini en première période, n’a pas marqué durant les 45 minutes passées sur le terrain face aux coéquipiers de Jelle Van Damme, qui ont profité des relâchements anglais pour faire passer le score de 5-0 à 5-2 dans les dernières minutes.

Mais résumer ses débuts à cette occasion manquée serait aussi cruel qu’injuste. José Mourinho n’a pas manqué de le rappeler, à sa manière. "Il n’a pas marqué, a souligné le Portugais, mais il a mieux joué que ceux qui ont marqué."

À qui pensait le Special One vu les belles performances de ses buteurs Anthony Martial, Henrikh Mkhitaryan et surtout Marcus Rashford, auteur d’un doublé ? Impossible à dire. Mais en l’espace de 45 minutes, Lukaku n’a peut-être pas marqué de but mais a marqué son terrain.

Sa carcasse imposante et le numéro 9 qu’il porte sont sans doute ses deux seuls points communs avec son prédécesseur Zlatan Ibrahimovic.

Pour le reste, le Diable a rappelé à quel point il se différenciait du Suédois : sa mobilité et sa vitesse ont permis d’ouvrir des brèches dans la défense adverse en s’inscrivant dans le projet de jeu voulu par Mourinho qui consiste d’abord à se projeter vite vers l’avant.

Dans le 3-5-2 testé, Paul Pogba, qui a évolué juste en dessous de lui, l’a beaucoup cherché, et son duo avec un autre Français, Anthony Martial, a notamment permis à l’ancien monégasque de se retrouver en position idéale sur le cinquième but mancunien quand Lukaku a plongé au premier poteau pour isoler son partenaire en retrait.

"Il a prouvé aujourd’hui qu’il était un joueur collectif qui n’était pas focalisé sur lui, mais plus concerné par les progrès de l’équipe, a apprécié Mourinho qui, avant la rencontre, avait précisé ses attentes concernant le Diable. Romelu n’est pas forcément un joueur qui participe beaucoup à la construction du jeu. C’est un joueur qui évolue dans le dernier tiers du terrain. Nous avions rencontré tellement d’adversaires l’an passé qui avaient clairement décidé de défendre et de fermer l’espace avec beaucoup de joueurs à vocation défensive. Nous avions besoin d’un target man , d’un point d’appui, ce que Martial et Rashford ne sont pas. Nous avions de bonnes options, de bons joueurs, mais pas de vrai point d’appui, de vrai numéro 9 à l’aise dans la surface. Romelu sera celui-là."