Diables Rouges Le Diable a signé un contrat de 5 ans après un drôle de feuilleton. Récit.

Voilà un transfert qui restera gravé à jamais. En passant d’Everton à Manchester United, Romelu Lukaku franchit un nouveau cap dans sa carrière à la progression linéaire. La transaction appartient déjà à l’histoire vu son montant (voir par ailleurs) mais aussi par sa médiatisation par le Diable et son grand ami Paul Pogba.

À l’heure des réseaux sociaux dont ils sont si friands, les deux hommes ont utilisé toute la panoplie à leur disposition. L’officalisation de l’arrivée de l’attaquant s’est faite sur Instagram, au travers d’une vidéo mettant en scène les deux hommes où Lukaku a donné rendez-vous à son compère "demain à l’entraînement" parce que "tout est carré" et surtout "que le suspense est fini" .

Mis devant le fait accompli, la direction de Manchester United a publié très vite un communiqué minimaliste. "Manchester United est ravi d’annonce son accord avec Everton pour le transfert de Romelu Lukaku" , pouvait-on y lire "le transfert dépend maintenant de la visite médicale et d’un accord personnel à trouver. Plus d’informations à suivre" .

Ou à aller chercher sur le compte Instagram de Lukaku avec toutes les étapes de ses examens médicaux. Et le Diable d’officialiser son engagement sur Snapchat se disant "heureux d’annoncer formellement mon arrivée à Manchester United après la signature d’un contrat de cinq ans avec le meilleur club du monde" , tout en saluant les fans d’Everton : "je veux remercier tout le monde, vous resterez à jamais dans mon coeur" .

Avant cette leçon de communication 2.0 d’une recrue qui sera présentée façon Hollywood dans les prochains jours, Manchester United a dû faire face à un assaut de dernière minute de Chelsea.

Très tard vendredi soir, les Blues se sont alignés sur l’offre des Red Devils en proposant 85 millions. Mais les Mancuniens avaient dans leurs manches deux atouts supplémentaires : d’un côté Mino Raiola avec qui un terrain d’entente pour sa commission avait déjà été trouvé, de l’autre le montage de l’opération avec la prise en charge d’une partie du salaire de Wayne Rooney (voir par ailleurs). De quoi leur permettre de boucler le dossier.

D’autant plus que la décision de Lukaku de rallier Old Trafford était déjà arrêtée. "Mon choix était fait. J’ai donné la parole et je n’allais pas revenir là-dessus. C’est ce que je fais et je me suis préparé mentalement à être dans cette équipe" , a expliqué sur ESPN le Diable. "Quand ils m’ont appelé, je n’y ai pas réfléchi à deux fois. Je suis content de faire partie, je l’espère, de l’histoire de ce club. Qui dirait non au meilleur club du monde ? On a le plus beau stade d’Angleterre, les meilleurs supporters. C’est une opportunité parfaite." Que le joueur s’est empressé de saisir.

© IPM

Un transfert à 102 millions, une opération à 113

85 millions plus dix-sept en bonus pour Everton, sans compter la valorisation de Wayne Rooney.

La proximité entre les deux hommes les prémunit d’une dispute façon cour de récréation pour savoir lequel des deux est le joueur le plus cher du monde en attendant qu’un jour, Kylian Mbappé ne les mettent tous les deux d’accord.

La saison dernière, Paul Pogba est passé de la Juventus à Manchester United contre 105 millions d’euros, une enveloppe qui ne prend pas en compte la commission touchée par Mino Raiola qui, dans le cadre du transfert de Romelu Lukaku, devrait percevoir au moins douze millions d’euros.

Pour Lukaku, MU va débourser 102 millions d’euros qui se décomposent en 85 millions secs et en 17 millions de bonus divers et variés.

Rarement divulgués, ces montants sont perçus par le club vendeur en fonction du nombre de matchs joués, de buts marqués ou de trophées remportés. Mais le passage de Lukaku chez les Red Devils a ceci de complexe que le coût de l’opération, hors commission d’agents, peut être estimée à 112 millions d’euros. D’où viennent ces onze millions supplémentaires ? De la valorisation de Wayne Rooney.

Le retour de l’Anglais dans son club formateur a été facilité par Manchester United : à Everton, le salaire de Rooney sera divisé par deux (de 340 000 à 170 000 euros par semaine) et son ancien employeur a élaboré un montage financier afin de compenser ses pertes de revenus. Ce qui fait monter le prix de Lukaku.

© IPM
© IPM