Diables Rouges
Souriant, rigolo et de bonne humeur : Romelu Lukaku est prêt pour le Mondial.

"Normalement, c’est vous qui me filmez. Maintenant, c’est mon tour. Cette vidéo est pour mon snapchat."
C’est avec un grand sourire et avec son smartphone braqué vers les journalistes que Romelu Lukaku s’est présenté à sa conférence de presse. Que le pays soit rassuré : le meilleur buteur de l’histoire du football belge (33 buts) est prêt pour le Mondial.

© BELGA
Romelu Lukaku, vous avez marqué 16 buts sous Martinez. Comment expliquer cette réussite ?

"Je m’amuse. Je prends plaisir. Comme les autres. Je ne suis pas le seul à profiter de cette situation. La même chose est vraie pour Eden, Dries, Kevin, qui contrôle le match dans sa nouvelle position et qui dirige l’équipe vers l’avant. Et la plus grande révélation de l’équipe sous Martinez, c’est Thomas Meunier. Il nous a rarement déçus. On est tous heureux dans le groupe. On n’a jamais marqué autant que maintenant."

Vous ne vous amusiez plus sous Wilmots ?

"Je ne vais pas reparler du passé. Mais je constate que même ma relation avec mes coéquipiers s’est énormément améliorée ces deux dernières années. Je suis content de ma progression sous Martinez. Mais mon vrai test, c’est le Mondial."

Qu’avez-vous appris des récents tournois ?

"On a plus d’expérience et plus de qualité, surtout offensives. Mais je ne me mets pas trop la pression. On devra grandir dans le tournoi, comme l’Allemagne le fait toujours. Mais je ne dis plus que nous allons jouer la finale. On l’a dit en 2014 et 2016, et on s’est fait éliminer. (Rires) J’ai 25 ans, j’ai appris ma leçon : gardons nos ambitions pour nous."

Les autres le font à votre place.

"Moi, je trouve qu’on doit montrer nos ambitions sur le terrain et pas en dehors. C’était le gros problème dans le passé. On disait qu’on allait le faire, on donnait de l’espoir aux gens. Et on n’a pas réalisé notre objectif. Je ne veux plus vivre cela. Mais je crois en cette équipe. Ce que je dis à mes coéquipiers, je ne le dis pas aux médias."

Quel est votre objectif, alors ?

"Si on veut que les gens parlent de nous, il faut atteindre les demis. Les quarts, pour moi, ce serait.. bof. En atteignant les demis, on progresserait par rapport aux tournois précédents."

Selon Martinez, vous êtes un des attaquants les plus complets au monde.

"Je suis déjà un des meilleurs d’Angleterre. C’est déjà bien. (Rires) Pour être le meilleur au monde, je dois aider mon club à atteindre les demis ou la finale de la Ligue des Champions. Et ce serait bien de marquer un nombre absurde de buts."

Quel nombre avez-vous en tête ?

"C’est personnel."

Parlons de votre club. Vous avez inscrit 27 buts officiels à United. Votre saison est réussie.

"Au niveau individuel, oui. Mais on n’a rien gagné, et cela fait mal. Je suis curieux de voir nos renforts. Je veux rivaliser avec City, l’année prochaine."

On a beaucoup parlé de la Cup Final, lors de laquelle vous étiez sur le banc.

"Je venais à peine de reprendre les entraînements après ma blessure. Je voulais jouer, mais j’ai parlé avec le coach (Mourinho) et il a décidé. Après le match, on a parlé. On était déçus d’avoir perdu. Tout le monde pensait qu’on avait un conflit, mais c’est faux. On a une relation professionnelle."

La Belgique a-t-elle a un meilleur noyau que Manchester United ?

(Il laisse un long silence et se cache le visage avant de répondre à cette question des téléspectateurs de Proximus) " Oui !"