Diables Rouges

Cette fois, c’est officiel : la préparation de l’équipe nationale est terminée.

Il était 12 h 17, ce mercredi, lorsque les Diables Rouges ont quitté l’aéroport de Zaventem pour poser, trois heures plus tard, les pieds sur le tarmac moscovite. Roberto Martinez n’avait pas réservé de surprise de dernière minute, car ce sont bien vingt-quatre éléments qui ont rejoint la capitale russe, c’est-à-dire avec Vincent Kompany et Laurent Ciman.

Comme il y a quatre ans, le personnel de la compagnie Brussels Airlines, rejoint par la mascotte officielle de l’équipe nationale, avait organisé une petite haie d’honneur pour encourager, une dernière fois, les joueurs. Dans l’avion, une rangée de trois sièges était à la disposition de chaque Diable, mais le peu d’espace entre les rangées a certainement posé problème aux longues jambes de Thibaut Courtois ou à l’imposante carcasse de Romelu Lukaku.

Cela n’a pas empêché l’ensemble du groupe de dégager une certaine impression de décompression et de bonne humeur, comme en attestent les nombreux selfies qu’ils ont pris dans l’avion. Les consignes de sécurité avant le décollage ont même fait sourire quelques joueurs vu que ce sont eux-mêmes qui avaient enregistré ce petit spot vidéo.


L’acteur Eden Hazard était une fois de plus le plus rigolo de la bande. Musique, séries, repos et jeu de cartes (Carrasco, Vertonghen, De Bruyne et Mertens n’ont pas arrêté durant le voyage) ont rythmé les trois heures de vol, uniquement perturbées par quelques petits trous d’air.

Il était un peu plus de 17 heures lorsqu’ils ont rejoint leur hôtel, le Moscow Country Club, après avoir, comme le reste de la délégation, goûté une première fois aux fameux embouteillages à la russe (à côté, le ring de Bruxelles est fluide…). Le tout à bord d’un car griffé avec un message qui ne laisse aucune ambiguïté sur les ambitions nationales : "Les Diables en mission".

L’établissement quatre étoiles avait concocté un petit accueil chaleureux à ses hôtes, avec un show à la russe, mêlant danse traditionnelle et musique locale. Visiblement, les joueurs ont apprécié cette petite attention. En soirée, ils ont également testé les vélos mis à leur disposition, alors qu’Eden Hazard a préféré utiliser… un go-kart.

Mais les Diables ne sont pas venus pour faire du tourisme. Ce jeudi, les choses sérieuses commencent, avec un premier galop d’entraînement programmé en milieu d’après-midi (15 h 45, heure belge). Roberto Martinez ne devrait pas réserver une séance trop musclée à ses hommes, vingt-quatre heures après le voyage. Les joueurs devraient, avant tout, se dégourdir les jambes et, surtout, goûter à leur popularité sur le sol russe, car l’entraînement sera ouvert au public.

Ces derniers jours, les séances organisées par le Brésil et la France, notamment, avaient connu un sérieux engouement de la part de la population locale. Il serait étonnant qu’il en aille autrement pour les Diables.


Eden Hazard a regardé… son film

Pendant que les autres joueurs écoutaient de la musique ou jouaient aux cartes, Eden Hazard a profité du vol pour regarder le film "Hazard Benteke, réunion de famille", diffusé mercredi soir sur la RTBF. Pour cela, il s’est déplacé vers l’arrière de l’avion pour utiliser l’ordinateur portable de Thomas Bricmont, journaliste de Sport/Foot Magazine et réalisateur du film. Peu avant l’atterrissage, il a rendu le PC et avait l’air satisfait du résultat. "On en parle plus tard", a-t-il lancé à Bricmont.