Diables Rouges

Thibaut Courtois s'est montré rassurant concernant son bras, qui a été écrasé par les crampons de Ricardo Quaresma samedi contre le Portugal. "Mon bras va bien", a déclaré le gardien mardi à Tubize.

Quelques minutes après la sortie de Kompany, un contact entre Quaresma et Courtois a provoqué de nouvelles sueurs froides aux supporters et au camp belges. L'ailier portugais a écrasé involontairement le bras du gardien belge qu'il tentait de dribbler. Courtois est resté au sol quelques minutes et Koen Casteels a commencé à s'échauffer. Mais le dernier rempart a su tenir sa place. "Cela faisait mal car il m'a touché avec ses crampons, mais je me sens bien à présent", a expliqué Courtois.

Kompany, lui, est désormais incertain pour le Mondial. "Vincent est un joueur important, de grande qualité. C'est une personne unique dans sa manière de jouer et pour ses caractéristiques de leader", a commenté Courtois.

Le match contre le Portugal s'est soldé par un partage vierge. "Défensivement, on a bien joué", estime Courtois. "On voulait mettre un gros pressing. C'était difficile pour eux de sortir et s'ils sortaient, ils avaient deux lignes face à eux. Ils ont eu des occasions, c'est vrai, mais c'est une grande équipe. Ce serait bien de conserver encore le 0 au marquoir contre l'Égypte. On a analysé dimanche les erreurs que nous avons faites contre le Portugal. On va continuer le travail au niveau du pressing, de la défense, de l'attaque... On doit créer des occasions, c'est ce qu'il nous manqué contre le Portugal."

Depuis lundi, Courtois a retrouvé à l'entraînement sa doublure officielle, Simon Mignolet, qui avait bénéficié d'une semaine de congé suite à la finale de la Ligue des Champions perdue par Liverpool contre le Real Madrid. "C'est toujours important d'avoir deux bons gardiens. On s'entraîne bien, on progresse, on joue mieux... C'est bon pour tout le monde", a expliqué Courtois au sujet de son 'rival' pour la place de N.1 belge.

En parlant de gardien, celui de l'Égypte, Essam El-Hadary, est âgé de 45 ans. "C'est impressionnant! Physiquement, si tu es bien, que tu continues à faire de grands arrêts, l'âge n'est pas important. Buffon joue encore au plus haut niveau à 40 ans, c'est chouette de voir ça", a confié Courtois.

A 26 ans, le gardien s'apprête à disputer le troisième grand tournoi de sa carrière après le Mondial 2014 et l'Euro 2016. Le gardien est optimiste sur le niveau des Diables Rouges. "Nous avons les moyens de battre chaque équipe", estime Courtois.

Alors qu'elle a toujours eu du mal contre les équipes du top mondial comme l'Argentine, l'Espagne ou le Portugal, la génération dorée des Diables Rouges peut-elle réussir un exploit contre une équipe du calibre du Brésil ou de l'Allemagne, qu'elle pourrait rencontrer en quarts de finale de la Coupe du monde?

"Évidemment, il faut de la chance, tu peux avoir un carton rouge, une blessure... Mais si on joue maintenant contre une grande équipe, on peut gagner. On peut aussi perdre, mais je sens qu'on est capable de gagner contre chaque équipe", pense Courtois.

Cet optimisme, Courtois le tire aussi des progrès tactiques réalisés depuis l'arrivée de Roberto Martinez à la tête de l'équipe nationale. "On travaille l'aspect tactique. On a eu des séances vidéos pour voir ce qu'on peut améliorer, même après le match contre le Portugal. Ce sont des trucs qu'on ne faisait pas avant. En ce qui concerne la tactique, on avance. L'objectif est de jouer comme la Belgique. On ne doit pas penser 'Eden Hazard et moi on joue comme à Chelsea, Kevin De Bruyne et Vincent Kompany comme à City', et ainsi de suite. Il faut penser comme une seule tête quand on presse, quand on défend, quand on attaque... Si on y arrive, on a de bonnes chances d'avancer."