Diables Rouges

Ce match face au Brésil restera dans toutes les mémoires. Et pour ne jamais l’oublier, il faut bien en connaître toutes les facettes.

Martinez avait-il déjà titularisé Fellaini et Witsel en même temps ?

Le technicien espagnol avait opté pour un pare-chocs cent pour cent Standard pour contrer les infiltrations brésiliennes. Ce n’était pas la première fois qu’il choisissait cette paire car il l’avait déjà testée en Estonie, le 9 juin 2017 (0-2), contre la Bosnie et la Grèce. Donc, avec Marouane Fellaini et Axel Witsel dans le onze de base, la Belgique n’avait encore jamais encaissé un but avant ce rendez-vous russe. Du moins sous le mandat de Roberto Martinez.

La Belgique avait-elle déjà bénéficié d’un auto-but lors d’un Mondial ?

Fernandinho a permis aux Diables d’ouvrir le score en déviant le ballon dans ses propres filets. En matches de qualification, cela était déjà arrivé aux Diables Rouges lors de la réception de l’Estonie (Klavan, le 13 novembre 2016). Mais ce n’était arrivé qu’une seule fois lors d’une phase finale de Coupe du Monde, en 1954 contre l’Angleterre (4-4, but de Dickinson contre son camp dans les arrêts de jeu).

Kevin De Bruyne décisif, ça date de quand ?

Comme il jouait dans une position reculée, il n’avait marqué qu’un but sous l’ère Martinez : c’était le 27 mars en match amical contre l’Arabie saoudite. Le médian de City a trouvé le meilleur moment pour retrouver le chemin des filets ! Par contre, ses buts à distance sont une vieille habitude. Il a inscrit six de ses sept derniers buts en équipe nationale en dehors de la surface.

Quelles étaient, sur le papier, les chances d’un retour du Brésil ?

Dans l’histoire de la Coupe du Monde, 130 équipes avaient déjà été menées d’au moins deux buts à la pause. Aucune d’entre elles n’était parvenue à s’imposer et seules cinq des 130 étaient revenues à égalité. Fort heureusement, le Brésil n’a pas fait démentir les statistiques. Ouf…