Diables Rouges

Vincent Kompany soulèvera ce week-end pour la troisième fois de sa carrière le trophée de la Premier League avec Manchester City. L'occasion de revenir sur différents sujets avec un journaliste du Guardian. Extraits.


Le titre de champion d'Angleterre

- "Le premier titre, c'était comme un rêve. Cela m'a permis de voir que les bonnes choses pouvaient aussi m'arriver. C'était plus un test de caractère. Il fallait se battre contre 44 ans d'histoire, il fallait se battre contre la réputation qu'on avait de toujours échouer. Renverser cette spirale a eu un énorme impact sur ce club. Le titre de cette année est incontestable. Quand vous gagnez comme nous l'avons fait, cela ne peut pas être discuté. C'est un très bon sentiment."


La difficulté de toujours rester au top

- "Nous devons nous en préoccuper dès maintenant. Nous devons continuer à nous fixer des objectifs. Mon rêve pour la saison prochaine, c'est de revenir après la trêve et de voir des gars affamés, avec ce désir d'être meilleurs et de battre tout ce que nous avons accompli cette saison. "

- "J'ai besoin d'avoir la même faim et le même désir que lorsque je n'avais rien gagné. C'est la chose la plus difficile à faire dans la vie."


Son rôle de capitaine

- "Quand je suis entré dans le monde professionnel, j'avais très peu de soutien de la part des joueurs plus âgés. Je me suis toujours dit que je ne voudrais pas faire pareil. Je suis passionné par le fait de voir des jeunes joueurs se développer. Je suis prêt à écouter tous les jeunes qui arrivent en équipe première. A leur donner tout ce que j'ai."

© AP


La Ligue des Champions

"La Ligue des Champions est un sujet différent (...). Ni Pep, ni moi, ne pouvons faire quelque chose par rapport à ça. Nous n'avons pas perdu face à une équipe européenne qui a montré qu'elle était meilleure que nous, nous avons affronté une équipe de Premier League à Anfield qui a toujours posé beaucoup de problèmes. Nous avons un passif avec eux. Je pense que nous avions une grande chance de changer la donne, nous avions une grande chance de le faire mais nous n'en avons pas été capables. L'année prochaine, c'est ce qui va se passer."


© BELGA

Les Diables Rouges

"Je veux gagner la Coupe du monde. C'est aussi simple que cela."

"Notre génération a été décrite comme une génération dorée. Je déteste ce terme. C'est le bon moment."