Diables Rouges

Les Diables Rouges ont changé de registre. Ils évoluent désormais dans la cour des grands, mais ils doivent encore acquérir l’habitude de rivaliser avec les meilleurs.

Conscient de cette exigence, Marc Wilmots leur a imposé un programme de préparation soigneusement ciblé.

En accueillant le Japon, digne représentant d’une troisième culture footballistique, ils poursuivront, ce soir, leur apprentissage du très haut niveau dont la Colombie vient de leur offrir un aperçu probant.

Aux confrères asiatiques, Marc Wilmots a vanté les mérites de ce Japon dont il a décortiqué, sur DVD, le match joué à Genk contre les Pays-Bas : "Le Japon est une bonne équipe, qui évolue bien. Plusieurs de ses éléments évoluent en Europe. Ils y ont appris la discipline de jeu qui prévaut sur notre continent. Je pense à Kawaga, à Okazaki, à Hasebe, aussi. Les internationaux japonais sont mobiles et très techniques. Ils développent un jeu rapide, qui les propulse vers l’avant en deux ou trois touches de balle. Ils révèlent aussi un gros mental et sont très patriotiques. Kagawa, par exemple, révèle une vive intelligence du jeu. Il sent le coup à tenter derrière un attaquant. Mais j’en ai quelques-uns chez moi qui sont capables de le faire également."

Aux journalistes belges, Marc Wilmots a martelé : "Le résultat m’importe peu. Il ne s’agit que d’un match amical, programmé à sept mois du début de la Coupe du Monde. Notre vérité ne sera donc pas celle que pourrait dégager le score de ce Belgique - Japon. Devenir ou redevenir le champion des matches amicaux ne m’intéresse pas. Ce qui m’importe, c’est m’imposer au terme des rencontres importantes."

Ce qui ne signifie nullement, bien sûr, que l’irréductible guerrier qu’incarne Marc Wilmots négligera totalement le score de cette ultime sortie de cette année civile prolifique. Mais il n’y attachera pas une importance excessive.

Pour autant, évidemment, que les Diables aient négocié cet affrontement avec "l’engagement et la mentalité qu’ils ont affichés contre la Colombie. Sur ces deux points-là, je n’ai strictement aucun grief à formuler à leur encontre."

L’équipe belge doit être prête en juin. C’est une évidence que Marc Wilmots serine depuis la préparation du match contre la Colombie. "Le temps des expérimentations ou des évaluations est révolu. Je ne suis pas là pour procéder à des essais, mais pour aligner la formation la plus forte possible. Je connais mon équipe par cœur. Seuls quelques petits détails restent encore à fignoler."

Pourrait-on découvrir de l’inédit, ce soir ? "Il est possible que je tente quelque chose avec un certain joueur. Je vais lui en parler. Mais j’ai quelque chose en tête."

Redonnera-t-il du champ à Witsel, qu’il a installé comme médian défensif ? Hazard endossera-t-il un nouveau rôle ? Mirallas évoluera-t-il en second attaquant ?

Marc Wilmots a enfin rappelé une nouvelle évidence : "Ce qui prime désormais, ce sont les prestations de chacun dans leurs clubs. Ceux qui ne jouent pas régulièrement risquent de poser des problèmes…"