Wilmots: "Si les Argentins ont vu le match, ils vont commencer à avoir peur"

Rédaction en ligne Publié le - Mis à jour le

Diables Rouges Marc Wilmots était le premier à se présenter au micro de la RTBF après la qualification des Belges pour les quarts de finale de la Coupe du Monde. "Des matches comme ça, pour mon cœur, il m'en faut pas trop" déclare le sélectionneur, qui souligne que "tout le groupe a une nouvelle fois répondu présent. On est là avec 23 joueurs, et on le montre à chaque match."

Une nouvelle fois, les Diables ont fait durer le suspense avant de débloquer le compteur: "On a eu quinze occasions (27 tirs cadrés, NdlR) , on a fait tout le jeu, on a fait tout le match. J'avais dit que la fraicheur serait importante, et on l'a montré aujourd'hui."

Critiquée, la Belgique de Wilmots a répondu avec des tirs au but par dizaines: "C'est ce jeu-là qu'on veut produire. J'aime un football dominant, qui ne laisse pas à l'adversaire le temps de respirer.  Mais ce n'est pas toujours facile face à une équipe qui ne pense qu'à défendre. Aujourd'hui, on a mis beaucoup de mouvements. À partir des huitièmes, tu ne dois pas réfléchir, tu dois démarrer au fond et y aller jusqu'au bout. Le problème, c'est qu'Howard était en train de faire le match de sa vie, et c'est typiquement le genre de match que tu peux perdre aux penalties. Pendant le match, j'ai même été parler avec Klinsmann qui m'a dit 'mais qu'est-ce que vous gaspillez pour l'instant'. Et puis il y a eu le banc. J'en parle toujours, mais c'est encore lui qui a fait la différence."

Le prochain repas des Diables sera un steak argentin, que Wilmots n'imagine pas indigeste: "C'est une grande nation du football qui n'a pas encore produit ce qu'on attend d'elle, qui n'a pas encore trouvé l'équilibre. Ca me rappelle Brésil-Belgique. Je pense que ce sera un match agréable à voir. En tout cas, nous, on n'a pas peur. Et s'ils ont regardé notre match, ce sont certainement eux qui vont commencer à avoir peur."

"Romelu a eu un moment difficile, on l'a beaucoup critiqué, mais je vous avais dit qu'en huitièmes ou en quarts, il pourrait être le héros" , termine Wilmots.  


"Romelu a fait ce que Divock avait fait lors des autres matches"

"Non, je ne suis pas le héros de la nation. On est 23 héros aujourd'hui" explique Romelu Lukaku . "Depuis le début, beaucoup de joueurs ont pu faire la différence, je suis content que ce soit mon tour" enchaine Romelu, qui est fier d'un "de nos meilleurs matches: on a eu beaucoup d'occasions, on était présent physiquement, on a été bien préparé pour ce match."

"On connaissait les USA, on connaissait Klinsmann. On savait que ce serait un combat physique avant tout" enchaine Daniel Van Buyten . "On a su attendre, mais le principal c'est qu'on ait gagné. Comme d'habitude, le banc est là. On a besoin de tout le monde, on le sait, même si c'est parfois frustrant pour ceux qui sont sur le banc. Mais la différence, tu peux même la faire en deux minutes."

C'est maintenant l'Argentine qui se dresse devant les Diables: "C'est l'une des meilleures équipes du monde" poursuit Big Dan . "Mais notre objectif, maintenant, c'est d'aller en demis. On va se préparer pour ça"  conclut le doyen des Diables, espérant que "le pays est fier de nous".

Au chômage technique une bonne partie de la rencontre, Thibaut Courtois a sorti une parade cinq étoiles dans la deuxième partie des prolongations: "On a mal commencé la deuxième prolongation, et là on prend ce but. Je pense qu'il a de la chance parce qu'il rate son tir et moi j'étais déjà parti, c'est dommage. Mais après, je pense que j'ai encore fait un arrêt décisif sur leur coup franc, et puis on a bien défendu."

"On a vraiment fait un bon match, mais en face le gardien a fait l'un de ses meilleurs matches" poursuit le dernier rempart des Belges, qui conclut en évoquant le rôle de Romelu Lukaku: "Divock a joué un bon match, il a fatigué les défenseurs, et Romelu a utilisé sa force et sa vitesse pour faire ce que Divock avait fait lors des autres matches."


"Si on peut bloquer Messi, on aura une chance"

C'est de Kevin De Bruyne qu'est venue la libération. "Pendant quelques secondes, j'étais loin. J'étais ailleurs. Tu ne sens rien dans un moment pareil" explique le premier buteur belge du jour. "On a joué notre meilleur match. En fait, pendant nonante minutes, la seule chose qu'on n'a pas fait, c'est marquer."

Inépuisable, le Tintin des Diables est déjà focalisé sur la prochaine rencontre, et la montagne argentine: "Maintenant, on est dans les huit meilleurs du monde. Mais on n'est pas ici pour se contenter d'un quart de finale. On veut gagner ce match. Ça ne va pas être facile, mais je pense qu'on peut jouer contre tout le monde."

"Le Mondial est réussi, mais il n'est pas encore fini" poursuit Eden Hazard . "L'Argentine, c'est un beau morceau. On va bien les analyser. Ils ont avec eux le meilleur joueur du monde, qui peut faire la différence à tout moment. Mais si on peut le bloquer, on aura une chance."

"On n'avait pas de complexes, on ne pensait pas aux critiques. On a joué ce match comme si c'était le dernier" poursuit le numéro 10 diabolique. "Finalement, on n'a pas concédé beaucoup d'occasions. Et heureusement que leur gardien fait un super match, sinon l'addition aurait pu être salée."

"On a été beaucoup critiqué, dans la presse belge et étrangère, mais aujourd'hui c'est une belle revanche" confirme Axel Witsel . "On a montré à tout le monde que la Belgique sait très bien jouer au football. Le seul point négatif, c'est qu'on ne marque que deux fois avec 38 frappes. Mais on passe en quarts, c'est fantastique."

"Je tire mon chapeau à Howard, il a vraiment été fantastique" souligne Kevin Mirallas , équipier du dernier rempart américain à Everton. "J'aurais aimé lui mettre un but, mais il avait sans doute trop peur que je le chambre pendant un an. Même si on était plus fort, on a tremblé."

La Belgique a ajouté la manière au résultat, et se présente maintenant face à l'Argentine: "Je pense qu'aujourd'hui, les Brésiliens n'ont pas trop eu à se plaindre. Notre objectif est atteint, donc maintenant ce n'est que du bonus, on va encore jouer plus libéré. L'Argentine, c'est une grosse équipe, mais on a vu qu'ils avaient eu beaucoup de problèmes contre la Suisse. Et nous, on est en pleine confiance."

Publicité clickBoxBanner