Diables Rouges

Le Tianjin Quanjian, tout juste promu parmi l’élite chinoise, fait bonne figure sur le continent asiatique.

Le club occupe la quatrième place du classement, à deux unités de la plus petite marche du podium. "Il nous reste encore quatre rencontres à disputer, dont trois à domicile. Nous accueillerons le troisième, ce qui pourrait être décisif car seuls les trois premiers ont accès à la Ligue des Champions asiatique", dit-il.

Malgré ce beau programme, les dernières semaines du Liégeois ont été mouvementées. Le derby (perdu) face à l’équipe de Frank Acheampong a réveillé des soupçons de tricherie. "Ce n’était pas un bon match, il faut l’oublier au plus vite. De la corruption ? Je préfère ne rien dire à ce sujet…"

Plus tôt, le médian avait été obligé de purger une rencontre de suspension… pour ne pas avoir serré la main de l’arbitre. "No comment", a-t-il répondu, bien conscient qu’il ne pouvait pas se permettre le moindre mot de travers sur cette affaire.

Tout cela, il l’oubliera dans un mois, une fois que la compétition sera terminée. "Je serai en vacances jusqu’au début du mois de janvier, comme c’était déjà le cas en Russie. Cela ne change donc rien pour moi."

"La qualification avec ma famille"

Suspendu, Axel Witsel n’a pas eu l’occasion de fêter la qualification pour la Coupe du monde avec le reste du groupe. "Je ne suis pas allé en Grèce car le seul aller-retour représentait six heures d’avions, auxquelles il fallait rajouter les onze heures pour arriver jusqu’en Chine. Cela m’a permis d’être frais pour un match de championnat qui se déroulait trois jours plus tard", dit-il. "Bien entendu, j’ai suivi le match en Grèce chez moi, en compagnie de mes parents et ma femme. On a bu un petit verre après, histoire de quand même fêter la qualification."